La cohabitation sur la route de ses différents usagers. ©AFP - MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA-ZENTRALBILD / DPA PICTURE-ALLIANCE
La cohabitation sur la route de ses différents usagers. ©AFP - MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA-ZENTRALBILD / DPA PICTURE-ALLIANCE
La cohabitation sur la route de ses différents usagers. ©AFP - MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA-ZENTRALBILD / DPA PICTURE-ALLIANCE
Publicité
Résumé

Au moment où le vélo et la trottinette ne cessent de se développer, le comportement des usagers de la route évolue, lui aussi, et les rapports entre ces différents usagers n’est pas des plus simples…

En savoir plus

C'est pour analyser ces rapports et ces comportements qu'une société spécialisée dans la fabrication et la commercialisation des caméras embarquées, la société NEXTBASE, a eu l'idée de faire réaliser une étude afin de mieux définir la manière dont ces différents usagers se partagent la route, mais aussi voir comment ils cohabitent. Une étude d'où il ressort un constat général, constat selon lequel chaque usager de la haute représente en fait un chauffard pour l'autre. 

L'analyse de maître Rémy Josseaume, avocat et responsable de la Commission du droit routier au barreau de Paris : "Cette étude démontre en réalité ce que tous les usagers de la route constatent, c'est qu'en fait, la cohabitation des différents usagers est très difficile. 

Publicité

On est le chauffard de l'autre, c'est-à-dire que quand on est piéton on reproche souvent aux cyclistes d'être dangereux,  quand on est cycliste on reproche aux automobilistes d'être dangereux, et les automobilistes reprochent à tous les autres de l'être. 

En d'autres termes, on est dans une cohabitation forcée et on voit bien que les différents usagers ont beaucoup de difficulté à se comprendre parce que leurs modes de circulation sont tous différents, sont adaptés à leur propre véhicule de circulation et que, d'une manière générale, cette cohabitation est subie plutôt que souhaitée par l'ensemble des usagers de la route". 

Les cyclistes en tête du non-respect du code de la route

En effet, des cyclistes qui, pour 72% d'entre eux, reconnaissent se méfier des automobilistes, mais qui, à hauteur de 69%, reconnaissent quand même enfreindre régulièrement les règles du Code de la route. 

Pourquoi cette catégorie tout particulièrement ? La réponse de maître Rémy Josseaume : "On le sait tous : les cyclistes ont un problème avec le respect du Code de la route__. On leur a donné la mauvaise habitude, notamment dans les grandes villes, de leur permettre de respecter certaines règles de manière légale en leur permettant de franchir des feux, de pouvoir prendre des sens interdits et malheureusement, c'est une mauvaise éducation qu'on leur donne en tant que cycliste, qu'ils peuvent être amenés à reproduire après en circulant avec d'autres véhicules. Et d'une manière générale, c'est encore une fois une difficile cohabitation avec des transgressions parfois encadrées du Code de la route qui aboutissent, on le voit bien, à une recrudescence des accidents"

Les automobilistes les plus respectueux du Code de la route

S'ils sont 89% des Français à estimer ainsi que les cyclistes ne respectent pas le Code de la route, ils sont aussi 80%, toujours selon cette étude, à juger que les deux roues motorisés affichent un comportement dangereux en ville et enfin 84% à qualifier d'irresponsable la conduite des trottinettes. Et finalement, au milieu de tous, les automobilistes ne s'en sortent pas trop mal. Ils apparaissent même comme les usagers de la route les plus respectueux du Code de la route - même si 50 %  d'entre eux admettent ne pas toujours respecter les règles

Un constat qui n'est pas pour déplaire à l'avocat du droit routier Rémy Josseaume, chargé de prendre la défense des automobilistes en cas d'infraction : "On revient à un mode de déplacement individuel avec la liberté de pouvoir faire dans son véhicule ce que l'on a envie de faire : téléphoner (de manière légale, bien sûr), écouter la radio, discuter avec ses passagers… L'automobile a une place prépondérante aujourd'hui dans les déplacements. On a souvent la mauvaise habitude de focaliser l'étude de l'automobile à la ville, et notamment à Paris, mais en réalité, l'automobile reste le premier mode de déplacement parce que la France est principalement rurale__. Et dans les zones rurales, c'est l'automobile qui permet de rester en lien avec la ville avec ses besoins quotidiens. Ça reste un élément d'existence sociale." 

Qu'ils conduisent une auto, une moto ou un scooter, un vélo ou bien encore une trottinette, tous les usagers de la route se doivent de se partager cette route

Une cohabitation rendue indispensable, qui plus est, par la crise sanitaire que nous traversons - crise qui incite même les usagers des transports en commun à privilégier des moyens de transport personnels les plus variés. Un souci d'indépendance, de confort et de sécurité renforcée bien souvent par la présence d'une caméra embarquée, qui permet d'établir la responsabilité en cas d'accident. Caméra qui, semble t il, participerait même à la responsabilisation des usagers de la route.

Références

Programmation musicale

L'équipe

Serge Martin
Production