Illustration d'une cellule cancéreuse ©Getty -  SCIEPRO/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Illustration d'une cellule cancéreuse ©Getty - SCIEPRO/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Illustration d'une cellule cancéreuse ©Getty - SCIEPRO/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Publicité
Résumé

Si l'industrialisation a augmenté la proportion de cancers dans la population humaine, cette maladie existe depuis longtemps.

En savoir plus

Aujourd’hui, entre 40 et 50 % des Britanniques souffrent d'un cancer à leur mort, qu'il en soit la cause ou non. 

Des chercheurs anglais ont creusé dans six cimetières de la région de Cambridge, et exhumé 143 squelettes issus du VIème au XVI siècle. Sur la plupart d'entre eux, pas de trace de cancer. Mais la majorité des cancers se forment dans les tissus mous qui ne résistent pas au temps.

Publicité

Sur 4 % des individus, ils ont trouvé des preuves de métastases osseuses. Or, environ un tiers des personnes malades ont une tumeur qui se propage aux os. Les scientifiques ont extrapolé : 14 % des Anglais, au Moyen Âge, avaient un cancer à l’heure de leur mort.

Le cancer était donc l'une des principales classes de maladies qui affligeaient les gens du Moyen Âge. 

A LIRE | Au Moyen Âge, le cancer faisait aussi des ravages

Un satellite pour observer les flatulences des vaches ?

La Nouvelle-Zélande sera bientôt le centre de contrôle de “MethaneSAT”. Ce nouveau satellite devrait être lancé l’année prochaine. Il collectera des données sur les émissions de rots et de flatulences bovines. Il surveillera aussi les fuites de gazoducs et de pétrole partout dans le monde.

En Nouvelle-Zélande, le cheptel bovin compte près de 6,3 millions d’animaux. Le méthane représente 43 % des émissions de gaz à effet de serre. Une grande partie vient de  la digestion des ruminants.

Les scientifiques néo-zélandais vont se concentrer  sur les émissions agricoles. Une autre équipe, basée aux États-Unis et dirigée par l’université de Harvard, mènera des travaux scientifiques sur les émissions de méthane issues de l’industrie pétrolière et gazière.

On commence à comprendre d’où vient le 6ème sens des animaux

Certains mammifères semblent avoir développé un sixième sens qui leur permet de s'orienter même dans le noir. Le secret serait dans leurs yeux, des scientifiques allemands  ont anesthésié localement, et provisoirement,  la cornée de quelques chauves-souris. Puis, ils ont suivi leur migration. Le groupe témoin s'est bien orienté dans les directions sud attendues. Mais les chauves-souris à la cornée anesthésiée se sont envolées dans des directions aléatoires. 

Il n’y a pas que les chauves-souris qui savent se diriger dans le noir… Les dauphins, les baleines, les poissons ou les tortues sont également capables de naviguer dans l'obscurité. 

C’est la première fois que les chercheurs obtiennent  des données fiables à propos du  sens de l'orientation chez les mammifères migrateurs sauvages.  Mais à quoi ressemble ce sixième sens ? Comment fonctionne-t-il ? S'agit-il d’un « sens magnétique » ? Il reste encore à trouver des réponses à ces questions

Quelle surface pour nourrir un Français ? 

Selon l'Ademe, l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, la production annuelle de nourriture pour un Français moyen, mangeant de la viande une fois par jour est de 4.800 m² par an. Sont prises en compte les importations de nourritures ou de produits nécessaires à l'agriculture et l'élevage ainsi que la consommation d'énergie.

Selon les ingénieurs qui ont fait ces calculs, la viande représente 50 % de l'empreinte sol d'un consommateur français moyen . Avec un régime entièrement végétal, un Français aurait besoin de seulement 1.200 m² mais un  gros mangeur de viande 5.200 m².

Selon les travaux de l'Ademe, la France a actuellement besoin de 26 millions d'hectares pour son alimentation. 28,7 millions d'hectares sont cultivés, dont  12 millions sont destinés à produire pour l’exportation. Et nous importons pour 9 millions d'hectares de produits dont une partie sert à nourrir l'élevage français