Le cerveau et l'alimentation
Le cerveau et l'alimentation ©Getty - Cathy Scola
Le cerveau et l'alimentation ©Getty - Cathy Scola
Le cerveau et l'alimentation ©Getty - Cathy Scola
Publicité

Comment sont guidés nos choix ? Car on ne mange pas que pour notre survie. Il y a une dimension culturelle, émotionnelle. On dit parfois que nous sommes ce que nous mangeons, que ce que nous mangeons devient nous-mêmes.

Le chercheur Roland Salesse se passionne depuis des décennies pour ce sujet. Ce spécialiste en biologie moléculaire  a dirigé pendant 10 ans l'unité de Neurobiologie de l’Inrae, l’Institut National de la Recherche Agronomique. Ce laboratoire étudie plus l'interaction des récepteurs olfactifs avec les molécules odorantes,

Roland Salesse, spécialiste de l’odorat, signe un livre qui vient de paraitre aux éditions Quæ, Le cerveau cuisinier, petites leçons de neurogastronomie, car il y a un lien très fort entre goût et odorat.

Publicité

Le goût, c’est une composition entre ce que l’on sent en bouche et ce que l’on sent dans le nez. L’odeur joue un rôle clef. Le simple fait de sentir un aliment, alors que l’on ne l’a pas ingéré, prépare à sa digestion. Cela a été démontré grâce à des IRM de cerveaux.

Le cerveau contrôle notre alimentation, mais il n’est pas seul,  le tube digestif est aussi pourvu d’un système nerveux

On entend même parfois que dans notre ventre, il y a un deuxième cerveau !

Un peu abusif pour Roland Salesse. Ce qui est sûr, c’est que le ventre et les intestins dialoguent beaucoup.

53 min

On n’aime pas tous les mêmes choses, comment la science explique nos préférences alimentaires ?

Le cerveau commande l’acte de manger, il régule les heures de repas et orchestre les relations entre les organes. C’est aussi lui qui forme les images sensorielles des aliments, et apprend la façon de les manger. C’est comme ça que se déterminent nos choix alimentaires.

Cela se joue très tôt, quand le bébé est encore dans le ventre maternel.

Nos choix alimentaires sont aussi influencés par les valeurs nutritionnelles, symboliques ou culturelles. Par l’esthétique aussi. La couleur d’un plat joue un rôle dans la perception.

Les recherches en neurogastronomie peuvent-elles nous aider à mieux nous nourrir ?

Les conseils, les injonctions, les interdits alimentaires, les régimes fleurissent, alors où donner de la tête ? Pour Roland Salesse, il n’y a qu’une recette pour manger juste et réguler entre autres sa balance énergétique.

L'équipe

fanny leroy devant une toile de Miro
fanny leroy devant une toile de Miro
Fanny Leroy
Collaboration
Stéphanie Texier
Réalisation