Pourquoi les livres sentent-ils si bon ? ©Getty - aamorim
Pourquoi les livres sentent-ils si bon ? ©Getty - aamorim
Pourquoi les livres sentent-ils si bon ? ©Getty - aamorim
Publicité
Résumé

L’odeur des livres, le cerveau des gauchers ou l’empathie des grands-mères envers leurs petits enfants, au sommaire de l’actualité scientifique des Savanturiers cette semaine !

En savoir plus

Pourquoi les livres sentent-ils si bons ?

Tous les livres dégagent une odeur particulière : il suffit de fermer les yeux pour la sentir. Lorsque les papetiers traitent le bois pour fabriquer le papier, il reste de l’huile essentielle de lignine, et c’est ce qui donne au papier cette odeur. Le papier contient aussi de la vanilline, qui sent la vanille, de l’acide acétique qui sent le vinaigre, des aldéhydes à chaîne courte qui sentent l’herbe séchée, et du benzaldéhyde qui sent l’amande amère.

Les gauchers ont un cerveau particulier

Environ 10% des êtres humains sont gauchers. Une équipe de chercheurs a comparé le cerveau de droitiers et de gauchers. Chaque hémisphère est spécialisé : le gauche contrôle la main des droitiers, et le droit celle des gauchers.

Publicité

L’hémisphère droit domine le langage chez 95% des droitiers, mais seulement chez 70% des gauchers. Les chercheurs ont identifié 6 gènes qui jouent un rôle, ils ont aussi vu qu’il y a plus de matière grise dans l’hémisphère droit des gauchers.

Mais les scientifiques n’ont pas trouvé les marqueurs qui permettraient de différencier le cerveau d’un gaucher ou d’un droitier d’un simple coup d'œil.

Les grands-mères plus liées à leurs petits enfants qu’à leurs propres enfants ?

Les grands-mères sont souvent très proches de leurs petits enfants : elles développent avec eux plus d’empathie que pour leurs enfants, d’après une étude d’une université de Géorgie.

Les chercheurs ont analysé les fonctions cérébrales de 50 grands-mères, devant des photos de leurs petits enfants : des zones de leur cerveau se sont activées en particulier, celles de l’empathie. Si l’enfant sourit, elles ressentent sa joie ; s’il pleure, elles le ressentent.

Le même test avec des photos de leurs enfants adultes ont montré que les zones du cerveau activé n’étaient plus les mêmes.

Les chercheurs vont maintenant s’intéresser aux grands-pères !

Références

L'équipe

fanny leroy devant une toile de Miro
fanny leroy devant une toile de Miro
Fanny Leroy
Collaboration
Stéphanie Texier
Réalisation