Repas de Noël
Repas de Noël ©Getty - knape
Repas de Noël ©Getty - knape
Repas de Noël ©Getty - knape
Publicité

Pour cela, demandons de l'aide à un scientifique spécialiste en nutrition.

Anthony Fardet est chercheur au sein de l’unité Nutrition Humaine de l’INRAE, l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement à l’université de Clermont Auvergne.

Anthony Fardet a une bête noire et je peux le comprendre : ce sont les aliments ultratransformés, qui sont arrivés en masse dans les années 70-80 sur les rayons. Il dit d’ailleurs, qu’avec les aliments ultratransformés, la malbouffe a maintenant un nom scientifique

Publicité

Anthony Fardet vient de publier son dernier ouvrage, Pourquoi tout compliquer ? Bien manger est si simple, paru chez Thierry Souccar éditions.

Il y raconte comment sont fabriquées notamment les céréales pour le petit déjeuner et ce n’est pas ragoutant. Il explique que ce n’est pas parce qu’il y a quelques nutriments sains dans un produit qu’un aliment est sain.

Beaucoup de gens croient qu'un aliment sain est un aliment équilibré nutritionnellement. Or ça ne veut rien dire [...]. Qu'est ce qui compte dans un aliment le moins transformé possible ? Ce n'est pas sa composition, mais la qualité de sa matrice.   
C'est à dire, par exemple, une pomme a une matrice ronde et un jus de pomme une matrice liquide. Donc plus la matrice va être de qualité, plus la matrice va être bénéfique.

Vous l’avez compris, il ne suffit pas de regarder la composition d’un produit pour savoir si il est bon…

Il y a beaucoup d'exemples de produits que l'on vous présente comme bon pour la santé, alors qu'en fait c'est de la chimie comestible ou des aliments ultratransformés : la plupart des produits allégés ou enrichis. Les vrais aliments se suffisent à eux-mêmes ! [...]   
Par exemple vous avez des céréales du petit-déjeuner pour enfants qui sont très bien notés en terme de composition et qui sont pourtant des bombes de sucre, et qui sont enrichis en minéraux, en fibres, en blé complet.

Anthony Fardet explique aussi que toutes les calories ne se valent pas : 50 calories de soda ne sont pas égales à 50 calories de pommes.

Selon lui, pour bien manger, il suffit de suivre "la règle des 3V" : vrai, végétal et varié.

Pour connaitre le degré de transformation des produits, Anthony Fardet a participé à la mise au point du Score Siga, dont on peut télécharger l'application sur son téléphone portable.