Nos cerveaux préfèrent additionner plutôt que soustraire ©Getty -  Yuichiro Chino
Nos cerveaux préfèrent additionner plutôt que soustraire ©Getty - Yuichiro Chino
Nos cerveaux préfèrent additionner plutôt que soustraire ©Getty - Yuichiro Chino
Publicité
Résumé

Si nos téléphones, voitures ou machines à laver ont toujours plus de fonctions, pas forcément utiles, c’est parce que nous aimons ça.

En savoir plus

Selon des chercheurs de l’université de Virginie, la meilleure façon de gérer un problème, pour la plupart d’entre nous, est d’ajouter de nouvelles fonctionnalités, même si ce n’est pas la solution la plus rationnelle.

Les chercheurs ont proposé  à des volontaires d'améliorer un itinéraire de voyage : seulement 28 % des participants éliminent les destinations. Et quand on  demande à quelqu'un de retoucher un texte, plus de 80% allongent le texte. Pour améliorer une recette de soupe : en moyenne, les participants rajoutent trois ingrédients.

Publicité

Il y a une explication ? 

Les auteurs avancent l’hypothèse que les idées additives viennent plus rapidement à l'esprit, soustraire demande plus d'effort. Et dans notre subconscient « plus, c'est mieux » alors qu'enlever quelque chose est associé à une perte.

Un milliard de milliards de fois. Ça aussi c’est beaucoup

La Terre aurait été frappée un milliard de milliard de fois par la foudre pendant son premier milliard d’années. Selon des géologues de l’Université Yale, aux États-Unis. Cette fréquence très supérieure à celle de la foudre actuelle pourrait être la source de phosphore indispensable à la vie. L’article vient d’être publié dans Nature Communications.

La foudre pourrait donc avoir joué un rôle clé dans la formation de la vie sur Terre.

Selon l’étude, pendant des millions d'années, les éclairs ont libéré le phosphore nécessaire à la création des biomolécules à l'origine de la vie sur Terre.

Cet élément chimique n'était pas facilement disponible sur la Terre primitive, car il était enfermé dans des minéraux insolubles, et les météorites n’auraient pas suffi à apporter du phosphore.

L'origine de la vie sur Terre est l'une des grandes questions de la science.

Partons dans l’espace, on en sait plus sur la survie d’organismes terrestres sur Mars

Des scientifiques du Centre aérospatial allemand et de la NASA ont lancé dans la stratosphère un conteneur en aluminium rempli de bactéries et de champignons. Ils ont reproduit les conditions de l’atmosphère martienne et exposé les échantillons  au rayonnement ultraviolet. Cette expérience est irréalisable en laboratoire.

Certains microbes, comme les spores de la moisissure noire, ont pu survivre dans un environnement que l’on croyait mortel.  

Pour les chercheurs :

Si un microbe peut survivre au-dessus d'une grande partie de la couche d'ozone, il serait capable de résister  à un voyage à destination de de Mars

Que signifie la survie pour les voyages dans l'espace ?

Cette expérience va aider à établir quelles sont les limites de la vie. Il s’agit  maintenant de comprendre quels sont  les mécanismes génétiques qui participent  à la survie des microbes. 

Il faut aussi être prudent. Certains peuvent présenter un risque pour la santé des astronautes, mais d’autres pourraient aider à produire de la nourriture et des matériaux.

De la peinture blanche plus efficace que les climatiseurs

Des scientifiques de l'université Purdue, dans l'Indiana aux États-Unis, ont mis au point la peinture la plus blanche qui existe, et elle pourrait lutter contre le réchauffement climatique. Dans cette peinture :  du sulfate de baryum, utilisé pour le papier photo entre autres.

Cette peinture réfléchirait  jusqu'à 98% de la lumière du soleil.  Lors des essais, la peinture reste à 5 degrés en-dessous de la température ambiante Actuellement, les peintures blanches classiques ne peuvent pas rendre les surfaces plus fraîches que leur environnement, 

Les chercheurs pensent même  qu'il suffirait de peindre 1% de la surface de la Terre avec cette peinture pour aider à lutter contre le changement climatique.

Aussi  efficace que les climatiseurs ?

En 2018, les climatiseurs et ventilateurs électriques représentaient près de 10% de la consommation mondiale d'électricité. 

Cette peinture sur 100 m2 de toit, serait plus efficace pour rafraichir une maison  que la plupart des climatiseurs. Une entreprise devrait très bientôt produire cette peinture.