Momo et Mme Rosa dans le film de Moshe Mizrahi (1977) Samy ben Youb et Simone Signoret ©AFP - Dominique Le Rigoleur Lira Films Collection Christophel
Momo et Mme Rosa dans le film de Moshe Mizrahi (1977) Samy ben Youb et Simone Signoret ©AFP - Dominique Le Rigoleur Lira Films Collection Christophel
Momo et Mme Rosa dans le film de Moshe Mizrahi (1977) Samy ben Youb et Simone Signoret ©AFP - Dominique Le Rigoleur Lira Films Collection Christophel
Publicité
Résumé

Romain Gary alias Emile Ajar jouait des masques et témoignait d’un savoureux humour noir… Hervé Le Tellier, fin connaisseur et amateur de son œuvre, déchiffre pour nous "La vie devant soi".

avec :

Romain Gary (écrivain français (1914-1980)).

En savoir plus

Livre et Châtiment, l'émission qui tombe sur le paletot des chefs-d'œuvre, avec la gouaille d'un titi de Belleville. 

Pour nous accompagner dans les ruelles tortueuses du vieux Paris et du cerveau de Romain Gary, nous avons un guide précieux, lauréat du prix Goncourt : Hervé Le Tellier.

Publicité

Clara Dupont-Monod accompagnée de Constance (comédienne, auteure et humoriste), Liliane Roudière (journaliste et auteure) et Liliane Emery  (journaliste) chahutent et décortiquent tour à tour, le classique du jour.

Résumé du livre :

Madame Rosa, une vieille juive qui a connu Auschwitz et qui, autrefois, se défendait (selon le terme utilisé par Momo pour signifier prostitution) rue Blondel à Paris, a ouvert « une pension sans famille pour les gosses qui sont nés de travers », autrement dit une pension clandestine où les dames qui se défendent laissent leurs rejetons pendant quelques mois pour les protéger (de l’Assistance publique ou des représailles des proxénètes). Momo, jeune musulman d’une dizaine d’années, raconte sa vie chez madame Rosa et son amour pour la seule « mère » qui lui reste, cette ancienne prostituée, devenue grosse et laide et qu’il aime de tout son cœur. Le jeune homme accompagnera la vieille femme jusqu’à la fin de sa vie.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Romain Gary :

Je suis pour la fraternité, et à tous égards, car il est urgent de mélanger les torchons et les serviettes. 

Hervé Le Tellier

Ancien journaliste, Hervé Le Tellier est un auteur de romans, nouvelles, poésies, théâtre. Un virtuose de la littérature à contrainte et des textes courts, il est président en exercice de l’Oulipo. Il a été mis sur le devant de la scène en remportant le prix Goncourt 2020 pour L'anomalie paru chez Gallimard. Il est l'auteur d'un article consacré à La vie devant soi paru dans la revue Europe et emprunte un de ses titres à son idole : "Je m'attache très facilement".

La vie devant soi c’est tragique et drôle à la fois, c'est un livre comique qui fait pleurer.

"Gary était un chahuteur de la langue en même temps ses manuscrits sont sans ratures et d’une fluidité absolue. Il y a sous sa plume la joie de fusionner les contraires : le goût du détournement."

Gary se projette dans des psychés très différentes, il est tout à la fois dans la figure de Madame Rosa et dans celle de Momo.

Le passage favori de l'invité :

« La loi c'est fait pour protéger les gens qui ont quelque chose à protéger contre les autres. Monsieur Hamil dit que l'humanité n'est qu'une virgule dans le grand Livre de la vie et quand un vieil homme dit une connerie pareille, je ne vois pas ce que je peux y ajouter. L'humanité n'est pas une virgule parce que quand Madame Rosa me regarde avec ses yeux juifs, elle n'est pas une virgule, c'est même plutôt le grand Livre de la vie tout entier, et je veux pas le voir. J'ai été deux fois à la mosquée pour Madame Rosa et ça n'a rien changé parce que ce n'est pas valable pour les Juifs. Voilà pourquoi j'avais du mal à rentrer à Belleville et à me retrouver oeil dans oeil avec Madame Rosa. Elle disait tout le temps "Oeil ! Oeil !", c'est le cri du cœur juif quand ils ont mal quelque part, chez les Arabes c'est très différent, nous disons "Khaï ! Khaï !" et les Français "Oh ! Oh !" quand ils ne sont pas heureux car il ne faut pas croire, ça leur arrive aussi. »

Constance : 

Comédienne, auteure et humoriste (chroniqueuse dans Par Jupiter sur France Inter), Constance vient dépoussiérer les classiques et dérider nos zygomatiques en proposant sa bande annonce déjantée du livre, une interview du personnage principal en duo avec Clara Dupont-Monod et un examen à la loupe de l’ouverture du roman. 

La première phrase du roman : 

« La première chose que je peux vous dire c’est qu’on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ses kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes, c’était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines. » 

Poésie, pudeur, amour, rudesse, fatalité, vie, mort, dignité, tendresse, intelligence, ironie et beauté... J'aime sa poésie et son humour qui transforme le terrifiant en sublime ! Au milieu de la laideur et du misérable, il sait faire apparaitre de la lumière.

Elodie Emery    

Momo, c’est le Petit Prince qui aurait pris du LSD. 

Journaliste, Elodie Emery a passé dix ans à couvrir les sujets de société à Marianne. Une semaine sur deux, elle scrute le texte à la loupe, munie de son ironie mordante. Aujourd’hui, elle nous livre sans scrupules le Passage qu’on peut laisser derrière soi dans le roman. 

« La qualité du livre ne se loge pas dans l’intrigue, aucun suspens ici, tout repose sur la langue, ce qui est génial c’est que, du coup, vous pouvez isoler n’importe quelle phrase et vous la mettre sous la langue comme un bonbon quand vous avez un coup de mou. »

Liliane Roudière  

Chaque semaine, Liliane Roudière place un personnage secondaire sous le feu des projecteurs, cette semaine : Focus sur Madame Lola : ex champion de boxe sénégalais devenu une travestie installée au 4ème étage de l’immeuble où vit Madame Rosa.

" Ce beau noir baraqué, amoché, les bras tatoués, avec sa perruque blonde et ses hauts talons (sans oublier ses seins qui comme le souligne Momo : « sont très recherchés chez les femmes. ») prête parfois à sourire tendrement, mais ne s’offre jamais au rire de la moquerie. "

Vive les hommes à perruques blondes, avec des talons hauts, des seins, et de l'amour plein les bras !

La minute farfelue du Libraire 

Cette semaine découvrez l’anecdote relatée par Aurélie Janssens  de la Librairie Page et plume située à Limoges.

En partenariat avec la revue Page des libraires à retrouver tous les deux mois chez votre libraire.

La playlist :

  • M : Belleville Rendez-vous
  • PIERS FACCINI : Firefly
  • THE LIMINANAS et LAURENT GARNIER : Au début c'était le début

Aller plus loin :

Références

L'équipe

Clara Dupont-Monod
Clara Dupont-Monod
Djubaka
Programmation musicale
Stéphanie Texier
Réalisation
fanny leroy devant une toile de Miro
fanny leroy devant une toile de Miro
Fanny Leroy
Collaboration
Constance
Autre