Clarisse Crémer - Clarisse Crémer
Clarisse Crémer - Clarisse Crémer
Clarisse Crémer - Clarisse Crémer
Publicité
Résumé

Elle a été l'une des attractions du Vendée Globe cette année. Par ses vidéos, ses sourires, sa performance (12ème), Clarisse Crémer a séduit le monde de la voile et au-delà. Ce que l'on sait moins, c'est que pour faire son tour du monde, elle avait avec elle, une vraie bibliothèque.

En savoir plus

La navigatrice Clarisse Crémer a bouclé son tour du monde le 3 février dernier. Durant ces 87 jours en solitaire, sa liseuse l’a accompagnée… Quelques Dumas, « un classique quand on va en mer » selon elle, qui permettent de se plonger dans une histoire bien différente de celle qu’elle vit au quotidien mais aussi plusieurs Ken Follett dont le dernier qu’elle a lu au début du Vendée Globe. Mais il y avait également Mermoz de Kessel ou encore Les rois maudits de Maurice Druon. 

J’avais fait exprès d’emmener plein de choix parce qu’en fonction des moments on a des envies différentes. 

Publicité

Clarisse Crémer se remémore sa première grande expérience en solo durant laquelle elle n’avait emmené qu’un seul livre papier : La Tache de Philip Roth. Depuis, elle évite d’embarquer à son bord des livres comme celui-ci, « assez glauque ».

Durant tout le Vendée Globe, elle a lu. En faisant des réglages ou en regardant les chiffres de la météo, la lecture l’a accompagnée à la manière d’un « outil de performance ». 

Par moments, la lecture permet de ne pas être trop obnubilé par mon bateau, c’est un presque un truc de santé mentale.

Durant sa pratique du bateau, la lecture est un soutien qui lui a permis dans le cas du Vendée Globe de tenir pendant 3 mois. 

La jeune Crémer a également ses obsessions. Une arrière-grand-mère et un grand oncle déportés pendant la Seconde Guerre Mondiale ont déclenché chez elle une fascination pour les récits autour de la Shoah lorsqu'elle était plus jeune.

La lecture était un moyen de comprendre ce qui s’était passé. Lire à 15 ans Si c’est un homme c’est un peu choquant, c’est des lectures qui sont graves et j’ai réussi à passer cet espèce de blocage et de fascination pour cet épisode de l’histoire dramatique en allant à Auschwitz (…).

Parmi les livres qui ont le plus marqué son enfance il y Treize à la douzaine, l’histoire vraie d’un père de 12 enfants obsédé par l’optimisation du temps. 

C’est cette sensation que j’aime beaucoup quand je lis, cette sensation de se laisser happer par l’univers que quelqu’un d’autre a imaginé pour moi.

Dans la bibliothèque de Clarisse Crémer : 

  • Si c'est un homme, Primo Levi 
  • Treize à la douzaine, Ernestine & Frank Gilbreth
  • Le Royaume, Emmanuel Carrère 
  • Le Crépuscule et l'Aube, Ken Follett
Références

L'équipe

Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Journaliste