Avant les vacances, pour les parents, il y a le marathon du mois de juin ©Getty - Willie B. Thomas
Avant les vacances, pour les parents, il y a le marathon du mois de juin ©Getty - Willie B. Thomas
Avant les vacances, pour les parents, il y a le marathon du mois de juin ©Getty - Willie B. Thomas
Publicité
Résumé

Gwanëlle Boulet prend la défense des parents pour qui l'été ne rime pas avec farniente. Et avant il y a cette période qui, entre les réunions de préparation, les rendez-vous chez le médecin, l'organisation des vacances, ressemble à un véritable marathon.

En savoir plus

Pour la dernière chronique de la saison, une réclamation ?

"Ah oui Ali, j’ai en effet une petite réclamation… Non, parce que dans la tête de plein de gens, « juin » rime avec « ça y est, c’est l’été ! », « bientôt les vacances ». Youplaboum, on sort les shorts, les débardeurs et les mojitos ! Tout le monde commence à vous demander où vous partez en vacances et à donner son petit avis sur la question à coup de « Génial.. Bon, nous l’année où on y est allés, il a fait une chaleur à crever et c’était bourré de touristes mais depuis ça a dû changer.. Nan, vous allez adorer ! » Bref.. juin est censé être un mois cool. Sauf pour… Pour qui ? Je vous le demande Ali…

Ali : Euh… Je ne sais pas…

Voyons Ali, je ne fais ni une chronique culinaire, ni une chronique économique… Moi, je m’occupe des parents ! Donc juin est un mois tout sauf cool pour les parents. Et pourquoi ? parce que ce mois n'est rien d’autre qu’une TO-DO liste XXL.

Publicité

C’est simple : il suffit juste de caser autant de réunions que d’enfants qui partent en camp scout ou en colo, suivies d’autant de spectacles ou compétitions correspondant à leurs activités. Ajoutez à cela des « tests de natation » obligatoires à effectuer pour les dits camps, ainsi que des rendez-vous chez le médecin pour se faire faire des ordonnances de Doliprane (oui, parce que maintenant, on ne peut plus rien donner à votre enfant sans ordonnance… Qui c’est qui est content ? C’est le trou de la Sécu !).

Rajoutez un collégien à occuper pendant 3 semaines parce que le collège ben, c’est terminé le 17 juin ! Bon, et puis comme tous les petits copains nés en juin-juillet-aout ont quand même le droit à un anniv en bonne et due forme, vous ajoutez à ce petit agenda 4 anniversaires et 3 soirées pyjama. Non, vous n'avez pas rêvé : vos enfants ont une vie sociale plus riche en un mois que vous en un an.

Ali : Bon, mais il y a quand même des moments sympas en juin La fête de la musique, les soirées qui durent…

Tut, tut, tut… Je vous vois venir Ali… vous en avez déjà marre de mes jérémiades et tentez de m’emmener sur un autre sujet pour échapper à ma to-do liste de la mort. Mais non non non, comme dirait Ségolène en son temps, il y a des colères saines ! Alors je reprends… checker tous les vêtements d’été… dont 70% ne vont plus parce qu’un enfant damned, c’est fou ce que ça grandit… et comme le timing est trop serré pour la seconde main, vous devez racheter à l’arrache des shorts… chez cette fichue marque où vous vous étiez promis de ne plus mettre les pieds avoir lu les posts sur Instagram de Raphael Glucksman sur le travail forcé des Ouïgours.

Et autant vous pouvez éventuellement replanter des arbres pour compenser votre emprunte carbone liée à l’achat de vêtements fast-fashion, autant vous ne pouvez pas replanter des Ouïgours… Grosse culpabilité.

Alors bien sûr, inutile de préciser que cet emploi à quasi plein temps vient se rajouter à votre véritable emploi… Raison pour laquelle je me suis retrouvée samedi soir à 23h devant un film russo-finlandais à repasser des étiquettes thermo-collantes sur des piles de vêtements destinés à partir en colonie… (Au passage, très mauvais choix pour les doigts le film sous-titré pour repasser…)

Ali : Allez, vous avez gagné Gwénaëlle, on vous plaint. Mais vous n’allez quand même pas nous quitter là-dessus ?

Non.. pour cette dernière chronique de la saison, je ne vais pas vous laisser sur une touche aussi râleuse et pessimiste. Car évidemment, une fois notre to-do liste géante cochée, nous allons tous pouvoir tout oublier, lâcher prise et profiter à fond de nos vacances, hein !

Donc vraiment, très bel été à tous les parents !

Profitez-en pour faire des centaines de pâtés de sable, étaler de la crème +50 toute la journée, retrouver 18 casquettes perdues, surveiller des baignades, trainer tout le monde en balade, préparer des sandwichs avec ou sans beurre, lutter contre les écrans de vos ados, être réveillés tôt, ne pas lire un bouquin, enchainer les parties de Uno… Bref… Vivement la rentrée !"