Le président de la République, Emmanuel Macron.
Le président de la République, Emmanuel Macron. ©AFP - Ludovic Marin
Le président de la République, Emmanuel Macron. ©AFP - Ludovic Marin
Le président de la République, Emmanuel Macron. ©AFP - Ludovic Marin
Publicité

Météopol : regard sur l'actu politique de la semaine prochaine ! Une semaine après la primaire populaire, la chasse aux électeurs socio-démocrates est ouverte. Le non-mais-presque candidat Emmanuel Macron fait (re)travailler la poutre à gauche...

Je sais d'où je viens, je viens d'une famille à Amiens, de médecin hospitalier, une grand-mère enseignante (...), mes valeurs ne sont pas celle d'un Président des riches (...). Je suis pour l'entraide et la solidarité quand les coups durs sont là, c'est ça une grande nation !" (Emmanuel Macron, le 15 décembre 2021, sur TF1)

Souvenir d'un temps fort de l'émission mea culpa "Où va la France ?" sur TF1. Emmanuel Macron est aujourd'hui mobilisé à 100% pour éviter l'escalade en Ukraine. Mais pendant ce temps, d'autres manoeuvres sont lancées sur le front intérieur.

Publicité

Prenez l'ordre du jour de l'Assemblée, la semaine prochaine. Mardi : vote final d'une loi pour protéger les lanceurs d'alertes. Mercredi : dernière lecture du texte qui allonge la durée légale pour recourir à une IVG. Jeudi : la loi contre le harcèlement scolaire.

Des textes consensuels et sociétaux à gauche, un agenda repeint en rose pour finir le quinquennat... Car le 27 février, toute l'Assemblée fait ses valises ! Et puis vendredi prochain, Emmanuel Macron viendra défendre en mondovision la protection des mers, au One Ocean Summit de Brest.

Autant de signaux, sur le fond, opportunément lancés dans un moment compliqué pour la gauche, toujours aussi atone et divisée malgré le vote de la primaire populaire !

Et sur la forme, les mains tendues se voient, elles aussi ?  

Il y a des lectures plus captivantes, mais allez donc faire un tour sur le compte twitter de Territoires de Progrès, l'aile gauche d'En Marche, portée par les ministres venus du PS. Tous les jours ou presque, on y fait la promotion d'un nouvel adhérent. Profil type : élu local en rupture avec le PS. Avec en arrière-plan, sur fond pourpre, ce slogan : "la social-démocratie, c'est ici".

Il y a dix jours, c'était carrément une tribune dans le JDD, pour vanter le bilan de gauche d'Emmanuel Macron. Avec cet appel : "franchissez le pas !" Qui va le franchir ? Anne Hidalgo a du souci à se faire. Des noms reviennent avec insistance : François Rebsamen le maire de Dijon... D'autres sont en réflexion, comme l'ancienne ministre Marisol Touraine. L'ancien président socialiste de l'Assemblée, Claude Bartolone, attend. 

A l'Elysée, une note de la fondation Jean-Jaurès a bien circulé. 36% des électeurs orphelins de François Hollande préfèrent Emmanuel Macron ! 7% voteraient Mélenchon.  Mais paradoxalement, les proches du Président restent sceptiques... Faut-il se réjouir des déboires du PS et de l'impasse à gauche ? Pas forcément... Car faire le plein tout de suite, au premier tour, n'est pas la solution. ll faut des réserves pour après. 

Quelle sera l'attitude des électeurs de gauche en cas de duel Macron - Pécresse, ou Macron - Le Pen ? Un dimanche dans l'isoloir ou à la piscine ? Quelle sera la météo du 24 avril ? Je vous laisse voir ça avec... Marie-Pierre Planchon !