Séance photo dans la Cupola, un des rares moments de détente - Thomas Pesquet ESA/NASA
Séance photo dans la Cupola, un des rares moments de détente - Thomas Pesquet ESA/NASA
Séance photo dans la Cupola, un des rares moments de détente - Thomas Pesquet ESA/NASA
Publicité
Résumé

Dernière ligne droite pour l'astronaute dont le retour sur Terre est prévu le 4 novembre. Thomas Pesquet achève sa mission de 6 mois avec un rythme de travail effréné. Outre le programme habituel, il endosse lundi 4 octobre la responsabilité du commandement de l'ISS et décrit le passage de relais.

En savoir plus

C'est très simple: on se réunit tous et on va mettre nos habits du dimanche. Il y a une petite cérémonie du dimanche retransmise sur NASA TV. C'est la tradition. Je pense qu'Aki (l'actuel commandant ndlr) fera un petit speech. Je ferai aussi un petit speech. Ensuite, est-ce qu'il y aura un petit truc? Ce sera la surprise de celui qui passe les clés de la station à l'autre. A une époque, il y a eu une tradition de sonner la cloche mais je crois que cela vient de la marine américaine car il y a pas mal de militaires de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la Navy donc c'est plutôt une tradition de la Marine. Je ne pense pas qu'on va faire sonner car aucun d'entre nous n'est de la Marine. Mais cela se déroule dans la bonne humeur. J'ai la chance d'avoir un super équipage et je sais qu'il n'y aura aucun problème. J'ai hâte de prendre la tête de cette équipe et de finir la mission de la même manière qu'on la commencer et qu'on la poursuit, c'est à dire du mieux qu'on peut. 

Un lac en Iran
Un lac en Iran
- Thomas Pesquet ESA/NASA

La NASA semble dire que votre rythme de travail reste soutenu...

Publicité

Oui, c'est toujours le cas quand un cargo de Space X est à bord parce que c'est notre seul moyen de redescendre sur terre des échantillons et des équipements. Il y a beaucoup d'expériences qui montent avec le cargo, on les réalise pendant les 30 jours impartis puis on renvoie les échantillons au sol. Donc c'est très intense ces missions là. Parfois, on a même des équipements qui arrivent à l'extérieur du Dragon qu'il faut installer lors de sorties extravéhiculaires donc cela doit aussi se passer pendant ces 30 jours de mission. Tout ça est super intense d'autant que la logistique qui consiste à sortir quelques tonnes de sacs tous empaquetés ou disposés en Tétris au millimètre et ensuite de tout ré empaqueter sans se tromper dans le moindre échantillon parce que chacun a son orientation en fonction de la gravité qu'ils vont rencontrer pendant le voyage retour. Certains sont dans des congélateurs, à différentes températures, il faut les transporter au dernier moment, bref, c'est super compliqué. Tout ça nous occupe beaucoup. Là, on va peut-être pouvoir souffler un petit peu, encore que, comme toujours dans l'ISS, très rapidement , il y aura quelque chose derrière à faire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

A quand remonte votre dernier moment de détente?

(Rires)Il n'y a pas beaucoup de moment de détente. Enfin, moi j'ai du mal à trouver dans mes priorités du temps pour me relaxer. Les journées sont chargées: elles commencent à 7h30, se terminent à 20h. Ensuite, on se retrouve pour dîner, discuter un peu pour décompresser puis coups de fil à la famille. Ensuite, je passe 1 heure ou 2 sur mes photos et on arrive à minuit. Le lendemain, ça recommence de plus belle.  J'ai passé un peu de temps dans la Cupola à regarder la terre  mais deux fois 10 minutes je crois. Essayer de s'approcher de la vitre, tenter d'éliminer toute la structure de la station , la sortir de mon champ de vision et essayer de voler au dessus de la terre seul, de façon magique. Je ne l'ai fait que deux fois. Avec les responsabilités qui s'approchent, ça va être compliqué de le faire plus d'ici la fin de la mission.

Où en êtes-vous du déploiement du bras européen?

On a commencé mais malheureusement, cela ne s'est pas passé comme prévu. On pouvait contrôler le bras robotique depuis le service module à l'arrière de la station mais pas depuis MLM (le nouveau module Nauka sur lequel est le bras européen ERA, ndlr). Il y a un problème de chaîne de données, plutôt un problème de réseau. On a vu qu'a priori les systèmes marchaient bien mais on ne peut pas contrôler le bras depuis le poste de contrôle qui est fait pour cela dans le module MLM. Moyennant quoi, on s'est arrêté au milieu du chemin et on a décidé de régler les problèmes du côté russe avant de reprendre les opérations. Donc rendez-vous la semaine prochaine ou la suivante. Les systèmes ont été vérifiés, ils marchent bien mais nous n'arrivons pas à communiquer avec eux aussi bien qu'on le voudrait pour résumer.

Parmi  tous les membres d'équipage, vous êtes, de loin, le plus populaire! A quoi attribuez-vous cette notoriété?

La grosse différence à la vérité, c'est que je bosse 100 fois plus là dessus. Pour pas mal de mes collègues, parler de la mission, c'est quelque chose qu'on fait quand on a le temps, il ne faut pas y consacrer trop de ton temps libre. On fait quelques photos clic-clac en regardant par la fenêtre alors que moi, j'investis énormément de mon temps-libre dans cette activité, 2 à 3 heures par jour. Même si temps libre, ça ne veut pas dire grand chose dans la station. Mais à partir de 20h et jusqu'à ce qu'on reprenne le lendemain à 7h30, on fait ce qu'on veut . J'ai des collègues qui regardent des films ou lisent des livres, moi je travaille là dessus. 2 heures tous les soirs pour trier les photos, trouver des choses intéressantes à dire, expliquer, ne serait-ce qu'apprendre à faire de bonnes photos, cela m'a pris des centaines d'heures d'entrainement au sol et ici des soirées et week-ends entiers. Donc, sans forfanterie ou fausse modestie, la grosse différence c'est que je me donner 100 fois plus de mal en fait.