La statue de bronze de l’empereur Napoléon Ier, dans la cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, Paris, 2021 ©AFP - Thomas Coex
La statue de bronze de l’empereur Napoléon Ier, dans la cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, Paris, 2021 ©AFP - Thomas Coex
La statue de bronze de l’empereur Napoléon Ier, dans la cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, Paris, 2021 ©AFP - Thomas Coex
Publicité
Résumé

Comme le général De Gaulle après lui, Napoléon Bonaparte nous aura légué un concept protéiforme pouvant suggérer une quantité infinie de définitions. Philippe Collin pose la question : faut-il le penser comme un système de valeurs, de principes, de gouvernement, d'idées attachés à son règne ?

En savoir plus

Napoléon était tout aussi bien un autocrate, qu'un révolutionnaire, qu'un despote, qu'un dictateur, qu'un tyran, qu'un monarque, qu'un républicain. Napoléon s'était peut-être tout et rien à la fois. Le bonapartisme est bien plus pluriel qu'on ne le pense tant l'homme a su faire briller un pouvoir aux multi-facettes tout en assurant à la France une certaine unité politique pendant ses 15 années de règne. L'aigle passionne autant que ses paradoxes sont nombreux. 

Pour essayer d'élucider ce mystère, il nous faut partir du récit du sacre impérial de Napoléon, en 1804. Sous l’égide papale, ce couronnement liquide définitivement l’Ancien Régime mais il se veut tout en même temps le fils et le sauveur de la Révolution française. C’est la volonté de Bonaparte. L'homme des circonstances. L'homme des plébiscites, alliant l'arbitraire et le respect des formes constitutionnelles par la forme. 

Publicité

Le nouvel empereur affirme tout assumer : de Clovis à Robespierre, l’ombre et la lumière, l’éternel et l’éphémère mais l’exercice du pouvoir de Napoléon ne jette-t-il pas les bases des totalitarismes au XXe siècle ?

L’Histoire lui donnera raison puisque une bonne partie de la définition reste à trouver au sein de la postérité, nourrie par une certaine nostalgie ressentie au lendemain de sa disparition. Cette forme d'héritage aura même une existence purement politique, cristallisant les oppositions et les logiques partisanes jusqu'à la fin du XIXe siècle et l'invention de la démocratie. Sa logique survivra même jusqu'à l'avènement du général de Gaulle et il n'est pas rare, aujourd'hui, d'entendre certaines personnalités se revendiquer du bonapartisme.  

Quel est le legs politique de Bonaparte ? Qui sont les héritiers ? Qu’est-ce que le bonapartisme ? 

  • L’avènement d’un homme providentiel ? 
  • Le culte du chef ? 
  • Croire jusqu’au bout qu’on est aimé des faits ? 
  • Se persuader qu’on convole avec la gloire ? 
  • Bonapartistes, qui êtes-vous ? 

Ces questions méritent qu’on les reprenne à l’aune du présent. 

Avec 

  • Fabrice Bouthillon, historien, auteur de Napoléon comme précurseur (Dialogues)
  • Pierre Birnbaum, historien et sociologue spécialiste de la culture et de la religion à l'époque napoléonienne

Archives INA entendues 

  • La véridique histoire du Bonapartisme - La tribune de l'histoire, 1981 
  • Ce que Bonaparte a fait du pouvoir  - Le procès de Napoléon, 1969   
  • Le coup d’état des 18 et 19 brumaire, 1956 
  • Mme De Stael - Comédie héroïque, 1948  
  • Discours de Hitler, 1939 
  • Discours de Staline, 1941 
  • Discours de Mussolini, 1936 
  • Jean Tulard - Apostrophes, Spéciale Napoléon, 1987 
  • Napoléon et les juifs  - La source de vie, 1969 
  • Discours de l’Abbé Grégoire - Médaillons révolutionnaires : les juifs de France et la révolution, 1989 
  • La question juive en 1806 - Adresse de Napoléon au Conseil d’Etat  
  • Hommage à Edouard Drumont - Journal Les Actualités Mondiales, 1941 
  • L’étoile jaune - Archives politiques : l'antisémitisme de 1941 à 1944 (enregistrement 1942) 
  • Chanson « Kinderlekh, kleyninke » de Sarah Gorby 
  • Allocution de Georges Pompidou - Bicentenaire de la naissance de Napoléon, 1969 
  • Discours de Emmanuel Macron, mai 2021 
  • Allocution du Général de Gaulle à l'Hôtel de Ville, 1944 

Films

  • "La révolution française" de Robert Enrico 
  • "Joséphine ou la comédie des ambitions" de Robert Mazoyer 
  • "Napoléon" de Yves Simoneau 
  • "Austerlitz" de Abel Gance 
  • "Le souper" de Edouard Molinaro 

L'équipe 

  • Producteur : Philippe Collin  
  • Chargée de programmes : Estelle Gapp   
  • Réalisatrice : Violaine Ballet   
  • Mixage : Chantal Nouvellot
Références

L'équipe

Philippe Collin
Philippe Collin
Philippe Collin
Production
Violaine Ballet
Réalisation
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Collaboration