Les Bitcoins (qui ne sont pas du tout des pièces de monnaie) seront peut-être bientôt pris en charge par des cartes bancaires
Les Bitcoins (qui ne sont pas du tout des pièces de monnaie) seront peut-être bientôt pris en charge par des cartes bancaires
Les Bitcoins (qui ne sont pas du tout des pièces de monnaie) seront peut-être bientôt pris en charge par des cartes bancaires ©AFP - Nicolas Economou / NurPhoto
Les Bitcoins (qui ne sont pas du tout des pièces de monnaie) seront peut-être bientôt pris en charge par des cartes bancaires ©AFP - Nicolas Economou / NurPhoto
Les Bitcoins (qui ne sont pas du tout des pièces de monnaie) seront peut-être bientôt pris en charge par des cartes bancaires ©AFP - Nicolas Economou / NurPhoto
Publicité
Résumé

Les opérateurs Visa, et bientôt Mastercard, vont rendre possible le paiement directement en cryptomonnaies, sans passer par la conversion en euros ou en dollars, pour étendre au grand public l'usage de ces monnaies dématérialisées. PayPal a annoncé faire de même pour ses transactions en ligne.

En savoir plus

Les cartes bancaires sont de plus en plus nombreuses à désormais accepter les cryptomonnaies, ces monnaies purement informatiques qui circulent grâce à ce qu'on appelle la blockchain, une sorte de registre de transactions hyper sécurisées. Jusqu'à présent concrètement, si vous voulez payer sur Internet quelque chose dont le prix est exprimé dans une de ces monnaies virtuelles, c'est possible, mais avec des frais de conversion, comme quand vous payez en dollars alors que votre compte en banque est en euros.  

Cette semaine les cartes Visa ont donc annoncé qu'il allait prendre en charge de manière naturelle, pour la première fois, ce genre de devises, en partenariat avec l'un des sites web spécialisés dans l'échange de cryptomonnaies. L'annonce tombe à point nommé au moment où le constructeur de voitures Tesla a annoncé qu'il allait être possible de payer sa voiture directement en bitcoins, et où le grand concurrent de Visa, Mastercard, s'apprête aussi à prendre en charge ces monnaies qu'on dit "non bancaires".  

Publicité

Mais ce n'est pas dangereux ? Potentiellement si, les cryptomonnaies peuvent très vite perdre ou gagner de la valeur... Pour cela, Visa a placé une barrière : pour l'instant ses cartes ne sont compatibles qu'avec une seule devise, l'USD Coin, qui est ce qu'on appelle un stablecoin. Sa particularité c'est qu'il est majoritairement indexée sur le cours du dollar, ce qui lui permet d'être plus stable que celles qui sont plus connues mais plus fluctuantes.

Mais ce n'est pas le cas pour tout le monde : un autre service se met aux cryptomonnaies. Paypal, qui est spécialisé dans les transactions en ligne, lance aussi une option qui permet de payer en Bitcoin ou en Etherum... des monnaies plus répandues. Là le fonctionnement est légèrement différent car on ne paie pas directement dans ces devises depuis son compte en banque... il faudra au préalable avoir crédité son compte Paypal avec des unités de cette monnaie dématérialisée.

L'info en plus : bad buzz pour le poisson d'avril de Deliveroo

Le 1er avril, c'est en général la journée où chaque marque, chaque média, tente sa petite blague avec plus ou moins de succès. Parfois ça marche, et parfois pas du tout. C'est ce qui est arrivé à Deliveroo : l'appli de livraison de repas a envoyé hier soir à tous ses clients un faux e-mail de confirmation de commande pour 38 pizzas pour un total de 456 euros... avec tout de même 50 sauces piquantes offertes.   

Alors certes en tout petit en bas du mail il était écrit que c'était un poisson d'avril et même qu'il y avait une promo, une vraie cette fois, sur les pizzas... mais ça n'a pas du tout fait rire une bonne partie des utilisateurs et des utilisatrices de l'appli, qui ont cru à un piratage : hier sur les réseaux sociaux on pouvait lire de nombreuses plaintes, notamment de certains qui disent même avoir fait opposition auprès de leur banque avant de se rendre compte du canular.

Références

L'équipe

Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France