Les réseaux Facebook et Instagram dépendent de la même maison mère, l'entreprise Facebook ©AFP - Lionel Bonaventure
Les réseaux Facebook et Instagram dépendent de la même maison mère, l'entreprise Facebook ©AFP - Lionel Bonaventure
Les réseaux Facebook et Instagram dépendent de la même maison mère, l'entreprise Facebook ©AFP - Lionel Bonaventure
Publicité
Résumé

Sur la nouvelle version d'iOS, une fenêtre demande aux utilisateurs s'ils acceptent le suivi publicitaire des applications. Pour convaincre leurs utilisateurs d'accepter, Facebook et Instagram utilisent des arguments... surprenants.

En savoir plus

Les utilisateurs d'iPhone ont peut-être vu ces deniers jours un message étonnant en ouvrant l'application de l'un ou l'autre des deux réseaux sociaux... et qui invitent à accepter que Facebook et Instagram suivent votre activité y compris quand vous êtes sur d'autres applis de votre téléphone.

Alors pourquoi ce message apparaît-il maintenant ? Eh bien parce que désormais, Apple affiche au grand jour le traçage publicitaire de ses applis : depuis la dernière version du système iOS, la 14.5, votre téléphone vous demande explicitement votre consentement pour que votre activité soit suivie – par exemple que Facebook sache ce que vous achetez sur Amazon ou les annonces que vous consultez sur les sites d'occasion. 

Publicité

Rien de nouveau, si ce n'est que maintenant vous en êtes clairement informé. Evidemment la tentation est grande de dire "non", et ça c'est une sacrée tuile pour ces réseaux sociaux dont le modèle économique est justement basé sur le suivi de votre activité. Résultat, Facebook et Instagram affichent un petit panneau d'information avant que les utilisateurs fassent leur choix.

Quels sont les arguments avancés par les réseaux sociaux pour pousser les utilisateurs à accepter le traçage ? C'est là que ça devient intéressant autant qu'intriguant. Il y a trois arguments, les mêmes pour Facebook et pour Instagram. Vous montrer des publicités plus pertinentes pour vous, un classique : aider les commerces qui vivent de la pub à mieux toucher leurs clients, pourquoi pas et... aider Facebook et Instagram à rester gratuits

Et ça, c'est une prise de parole plutôt étonnante, parce que jusqu'à présent Facebook a toujours nié la possibilité d'un passage au payant. Aux débuts du site on pouvait lire "Facebook est gratuit et le restera toujours", un message qui a disparu il y a quelques années mais Mark Zuckerberg continue à assurer qu'il y aura toujours au moins une version gratuite de Facebook – notez la nuance... "une version". Enfin, surtout, le directeur financier de l'entreprise a assuré il y a quelques semaines que l'effet de cette mesure apparue sur iOS était "maîtrisable" pour les finances de Facebook. L'argument est donc un peu fallacieux. Le tout couronné d'une petite pointe d'ironie quand on sait que Facebook lutte depuis des années contre les messages et rumeurs sur un possible passage du site au payant...

Références

L'équipe

Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France