Les plateformes jouent des coudes chaque année au moment de leurs rétrospectives annuelles
Les plateformes jouent des coudes chaque année au moment de leurs rétrospectives annuelles ©Getty - SOPA Images / Contributeur
Les plateformes jouent des coudes chaque année au moment de leurs rétrospectives annuelles ©Getty - SOPA Images / Contributeur
Les plateformes jouent des coudes chaque année au moment de leurs rétrospectives annuelles ©Getty - SOPA Images / Contributeur
Publicité

Les abonnés à Spotify, Deezer ou Apple Music n'ont pas pu louper les rétrospectives de fin d'année, omniprésentes sur ces applications. Très prisées par les utilisateurs, elles sont devenues un outil de communication précieux.

C’est désormais une tradition : chaque année le début du mois de décembre c’est le moment des rétrospectives de l’année musicale. On les appelle Wrapped chez Spotify, My Deezer Year chez Deezer et depuis cette année et Apple Music Replay pour la marque à la pomme.

Le concept de base est toujours le même et il est très simple : l’application fait un résumé de vos écoutes depuis le début de l’année pour en ressortir les titres et les artistes que vous avez le plus écouté.

Publicité

Une tendance récente

Et les plateformes font tout pour faire connaître ces outils, à grands coups de campagnes d’affichage, de publicités numériques et évidemment de fenêtres qui s’ouvrent toutes seules dans l’application… Cette année par exemple Spotify a été plus loin en ouvrant un café ephémère à Paris et en lançant une campagne de collaborations avec des influenceurs qui ont eux-mêmes partagé leurs palmarès.

Et pourtant cette tendance des rétrospectives de l’année est assez récente, ce n’est qu’en 2015 que Spotify a lancé une playlist récapitulative qui s’appelait My Year in Music. Mais d’année en année, le concept s’est affiné et surtout il devient aussi attendu qu’un calendrier de l’avent… cette semaine sur Twitter le hashtag Spotify Wrapped était dans les plus utilisés de la plateforme avant même que la rétro ne soit disponible.

Vivier à "plaisirs coupables"

Qu'est-ce qui explique ce succès ? Outre la curiosité de connaître ses propres statistiques, il y a une vraie dimension sociale : toute l’année on partage sur les réseaux sociaux ce qu’on veut bien partager de ses goûts musicaux… à ce moment-là de l’année les statistiques défient un petit peu cette image qu’on se construit tout au long de l’année. "L'écoute de la musique est quelque chose de personnel, de passionnel, et tout d'un coup on vous propose une rétrospective factuelle", analyse Nicolas du Roy, directeur Culture & Editorial chez Spotify. "Les réseaux sociaux, c'est de l'image, et on a plus envie de dire qu'on aime tel type de musique plutôt qu'un autre... il y a des choses qu'on n'a pas envie d'avouer".

Avouer ses inavouables devient un challenge, une bonne raison de partager sa rétrospective... et donc de faire de la pub aux plateformes. En plus de cela les plateformes cherchent chaque année à se renouveler… cette année par exemple Spotify a créé des "personnalités audio" en fonction des habitudes d’écoute de chacun… et Deezer vous donne votre classement parmi tous les fans d’un même artiste…

L'équipe