Mastodon ressemble en tous points à Twitter... avec un éléphant à la place de l'oiseau
Mastodon ressemble en tous points à Twitter... avec un éléphant à la place de l'oiseau
Mastodon ressemble en tous points à Twitter... avec un éléphant à la place de l'oiseau - JB
Mastodon ressemble en tous points à Twitter... avec un éléphant à la place de l'oiseau - JB
Mastodon ressemble en tous points à Twitter... avec un éléphant à la place de l'oiseau - JB
Publicité
Résumé

Alors que des utilisateurs et utilisatrices de Twitter s'inquiètent du devenir du réseau social, vers quelles applications et plateformes se tourner pour découvrir une expérience similaire... ou tenter une nouvelle façon d'aborder les réseaux sociaux ?

En savoir plus

Cette semaine, l'actualité du monde numérique a tourné essentiellement autour d'Elon Musk et de son projet de racheter Twitter pour en faire un réseau social à son image : un réseau dédié à la liberté d’expression, avec une vision très libertarienne des choses. Et ça, ça effraie beaucoup d’utilisateurs et d’utilisatrices de Twitter qui redoutent que des opinions extrêmes débarquent sans vergogne sur le réseau social. Alors la grande question qui habite ces internautes, c’est où aller quand on quitte Twitter ?

On peut avoir une idée de la réponse en regardant les applis les plus téléchargées sur les magasins d’applications au lendemain de l’annonce du rachat de Twitter par Elon Musk - tweetées par l'homme d'affaires lui-même.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

On y trouve notamment Truth Social, le réseau social très tourné vers la droite lancé par l’ancien président Donald Trump après son exclusion de Twitter"… Elon Musk souligne lui-même le paradoxe, "Truth Social et une autre appli qui est née parce que Twitter restreint la liberté d’expression". L’appli qui arrive juste derrière Twitter dans l’App Store américain est française, elle s’appelle BeReal : appli qui a prévenu Elon Musk dans un tweet qui dit "Pour info, Elon, BeReal n’est pas à vendre".

BeReal, l'anti-Twitter en pleine expansion

Paradoxalement, cette application qui talonne Twitter n'est pas tellement une alternative, car elle se vend comme un anti-réseau social : le principe c’est qu’une fois par jour et une fois seulement les membres sont notifiés, et ils ont deux minutes pour faire une photo et un selfie. Les autres membres peuvent réagir à vos photos et les commenter et... point final, c’est tout ce qu’on peut faire sur ce réseau qui prône l’authenticité. Une application créée par un Français de 26 ans diplômé de l’école 42, l’école de Xavier Niel, et qui depuis le début de l’année est passée de 10 mille à 120 mille téléchargements par jour : d’après le site Apptopia plus de 7 millions de personnes l’ont téléchargée sur leur téléphone.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un développement vitesse grand V pour une appli avec une grosse prise de risque puisqu’elle assume pour le moment de ne pas avoir de modèle économique et de tout miser sur le développement de son nombre d’utilisateurs, des gens qui chercheront donc une rupture avec le flux classique des réseaux sociaux.

Mastodon, un Twitter qui n'appartient à personne

Mais pour ceux qui veulent quelque chose qui ressemble à Twitter, il y a aussi des possibilités ? Oui, et la principale s’appelle Mastodon. C’est un réseau social qui ressemble beaucoup à Twitter, on y fait de courts messages qui peuvent s’étaler jusqu’à 500 caractères (contre 280 sur Twitter). On y suit des comptes, on peut mettre un "j'aime" sur une publication ou la partager.

Mais quelle est la différence avec Twitter ? D’abord, on ne fait pas des "tweets" mais des "pouêts", puisque le logo n'est pas un oiseau mais un éléphant. Et puis surtout, la différence se situe dans l'arrière-boutique de la plateforme : "Contrairement aux autres plateformes, Mastodon est décentralisée, ce qui signifie qu’il n’y pas de serveur ou d’entreprise unique qui le dirige. Tout le monde peut créer et diriger son propre serveur Mastodon. Quand quelqu’un crée sa propre version de Mastodon, on dit que c’est une instance", explique la vidéo de présentation du service. "Chaque instance est possédée, gérée et modérée par la communauté qui l’a créée, et pas par une grande entreprise qui surveille vos données pour les vendre à des annonceurs".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un réseau social qui n’appartient à personne, et où la charge de la modération est aussi partagée : c’est le modèle de Mastodon, un réseau qui existe depuis 2016 mais dont la popularité est en flèche. En un jour mardi il a décompté 30 000 nouvelles inscriptions… après, il y a encore beaucoup de terrain à rattraper : Mastodon aujourd’hui c’est deux millions et demi d’utilisateurs, contre 206 millions pour Twitter.

Enfin il y a une autre alternative qui s’appelle CounterSocial, c’est est un quasi clone de Twitter, qui revendique qu’il n’y a ni fake news, ni trolls, ni robots sur sa plateforme. Seulement depuis le début de la semaine le site est inaccessible. La raison : trop de gens ont voulu y accéder, CounterSocial est obligé de renforcer ses serveurs pour continuer à exister.

Références

L'équipe

Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France