Jade Raymond, pointure du jeu vidéo et directrice de Stadia, a quitté la division de Google ©AFP - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Jade Raymond, pointure du jeu vidéo et directrice de Stadia, a quitté la division de Google ©AFP - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Jade Raymond, pointure du jeu vidéo et directrice de Stadia, a quitté la division de Google ©AFP - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Publicité
Résumé

La plateforme de "cloud gaming" de Google, Stadia, ne fonctionne pas aussi bien qu'attendu est doit fermer ses studios de développement de jeux vidéo. Elle se concentrera désormais sur sa technologie, en la mettant au service des éditeurs de jeux.

En savoir plus

Souvenez-vous, fin 2019, Google se lançait sur un nouveau marché et promettait rien de moins que de révolutionner le jeu vidéo avec une nouvelle plateforme nommée Stadia. 

Le principe de Stadia c’est ce qu’on appelle le "Cloud Gaming" : pour faire simple, du jeu vidéo sans support matériel, où tous vos jeux sont stockés dans des gros ordinateurs distants ; il vous suffit alors d’une connexion Internet pour y accéder en temps réel depuis à peu près n’importe quel écran… Un concept un peu discriminant parce qu’il faut une connexion Internet très puissante pour que ça marche bien, et même un peu difficile à saisir pour le grand public.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Résultat le succès n’est pas au rendez-vous et Google a annoncé cette semaine fermer ses deux studios de développement de jeux, à Los Angeles et à Montreal. Quelque 150 employés sont concernés et devraient être recasés dans l’entreprise… le fait le plus emblématique c'est que Jade Raymond, la directrice de ces studios et poids lourd du monde du jeu vidéo, quitte l’entreprise. Il n’y aura donc plus de jeux exclusifs conçus par Google sur Stadia. 

Est-ce que cela sonne l’arrêt de mort de la plateforme ? Oui et non : d’un côté, pas de jeux exclusifs, c’est un très mauvais plan dans le monde du jeu vidéo… puisque tous les jeux qui seront chez Stadia seront aussi chez la concurrence qui, elle, disposera de jeux inédits. Et de l’autre côté, le service anticipe le coup en se détournant un peu du grand public pour se tourner plutôt vers les éditeurs de jeux et leur proposer leur infrastructure, leur technologie – en d’autres termes les grands studios de jeux pourront proposer leurs jeux en streaming... en Cloud Gaming... via la technologie de Google mais ce ne sera pas sur Stadia. 

Pour autant Google assure que pour les personnes déjà abonnés, le service continue d’exister et devrait s’enrichir encore de nouveaux jeux. 

L'info en plus : la bonne idée d'une agricultrice anglaise et de ses chèvres

Cette éleveuse s’appelle Dot McCarthy et elle a réussi à gagner 50 000 euros depuis le début du confinement, avec une idée toute bête… elle a loué ses chèvres pour des réunions en visio. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour cinq euros vous pouvez inviter une chèvre, une vraie chèvre hein, en duplex de son étable, parmi les participants à votre réunion. Ca n’a aucun intérêt autre que de faire rire vos collègues et ça cartonne. L’agricultrice a pu grâce à cette initiative garder la tête hors de l’eau dans cette période difficile, tout en apportant quelques moments de rire dans des réunions.

Références

L'équipe

Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France
Julien Baldacchino, journaliste à Radio France