Jane Campion
Jane Campion ©AFP
Jane Campion ©AFP
Jane Campion ©AFP
Publicité

Le sacre d'une immense réalisatrice, Jane Campion 13ème prix Lumière, remis hier soir à la cinéaste Néo-Zélandaise.

Nous sommes ce matin en direct et en public dans la halle du premier film de l'institut Lumière.

"Un festival pour tous", c'est le slogan enthousiaste de cette manifestation. Voir et/ou revoir des films du patrimoine sur grand écran, ré-entendre pour certains et avec nostalgie le bruit du projecteur dans la salle, et constater à la fin de chaque bobine les petits signes sur la pellicule 35 mm. Bref, se replonger dans l'histoire du cinéma, des films restaurés pour éclairer le cinéma d'aujourd'hui !

Publicité

Re-découvrir aussi la riche filmographie de l'américain Sydney Pollack et notamment son premier film " 30 minutes de sursis ", tout comme le cinéma de Gilles Grangier ou celui de la japonaise Kinuyo Tanaka. Des films et des œuvres encadrées par des cinéastes comme nos deux premiers invités : La réalisatrice italienne Alice Rohrwacher et le cinéaste belge Joachim Lafosse.

Mais aussi le musicien Abd Al Malik.

Et enfin accueillir dans la seconde partie de l'émission le prix Lumière 2021 : Jane Campion, non pas une cinéaste femme (on ne dit pas un "cinéaste homme" ! ) mais une cinéaste - "c'est déjà suffisant" ajoute-t-elle ! Jane Campion dont le nouveau film " Le pouvoir du chien " sortira sur la plateforme Netflix le 1er décembre prochain. L'occasion aussi d'évoquer avec elle cette filmographie si forte et si singulière... 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits de l'entretien avec Jane Campion

Je suis tombé amoureuse du cinéma

Jane Campion ne parle ni de vocation ni de décision, mais plutôt d'une obsession qui ne l'a plus quittée depuis qu'elle a découvert cet art qui est devenu le sien : "J'ai eu le un sentiment que c'était une raison de grandir."

Après avoir obtenu un diplôme d'anthropologie, la futur réalisatrice a suivi un parcours assez classique en s'inscrivant dans une école de cinéma, l'Australian Film, Television and Radio School. Dans cette école, elle est entourée de jeunes gens qui veulent tous déjà réaliser des longs métrages. "Ma seule ambition, se souvient-elle, c'était de faire un petit film d'animation. Sept ou dix minutes, pas plus. Je ne pouvais pas imaginer que je pourrais faire un film de deux heures."

Elle s'implique tellement dans la réalisation de ce court métrage qu'elle finit à l'hôpital : "je me suis dit 'comment je vais faire un long métrage, vu que je n'arrive pas a faire un film de 7 minutes ?' J'ai appris à quel point nous sommes tous très fragiles. J'ai appris à me préparer. Ensuite, j'ai fait un film de 15 minutes, puis un autre de 30. C'est venu petit à petit. 

Ce n'est pas l'ambition qui a été mon moteur, mais l'amour, l'idée du cinéma.

Sororité

Récompensée du prix Lumière 2021, Jane Campion a reçu son prix lors d'une cérémonie ou elle était entourée de nombreuses réalisatrices. L'occasion pour elle de toucher du doigt le rôle qu'elle a pu jouer dans la vie de ses consœurs et au delà : "C'est un sentiment qui je trouve tellement beau. Ce compagnonnage m'est extrêmement cher. Parce que les femmes savent aimer"

La programmation musicale :

  • Jorja Smith - Bussdown

L'équipe

Laurent Delmas
Laurent Delmas
Laurent Delmas
Production
Christine Masson
Production
Laurent Delmas
Laurent Delmas