Avec Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger ©AFP - Norbert Grisay / Hans Lucas
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger ©AFP - Norbert Grisay / Hans Lucas
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger ©AFP - Norbert Grisay / Hans Lucas
Publicité

Ce samedi, débat sur le budget 2023 et le rôle des entreprises, et détour par Bruxelles où l'UE affine ses propositions sur l'énergie. Puis on dissèque notre nouveau rapport au travail. A quelles conditions sommes-nous partants pour être embauché ? Reportage et entretien avec le patron de la CFDT.

Avec

L'entretien

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Cette semaine, le gouvernement a présenté son plan sobriété. Une quarantaine de mesures destinée à encourager à consommer moins d'énergie, à l'heure de la flambée des prix. Chauffage, transports, éclairage... Les pistes vont d'un bonus sur le covoiturage à une diminution de la température dans les bâtiments publics, d'une aide nouvelle à la rénovation énergétique des bâtiments à des actions concrètes à mettre en œuvre par les entreprises, telles que l'isolation ou l'usage du wifi.

Un plan bien cadré ou trop faible ? Ce samedi, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, donne son sentiment au micro d'Alexandra Bensaid. Et évoque également la nouvelle réforme de l'assurance chômage, la possible réforme à venir des retraites, les choix budgétaires de l'exécutif.

Publicité

Le débat

Budget 2023 : faut-il baisser les impôts de production ?

2 min

A partir du 10 octobre, le projet de loi de finances 2023, entrera en séance publique à l'Assemblée nationale. Le budget du pays pour l'année prochaine détermine les grands arbitrages. Depuis quelques jours, une critique monte des bancs de l'opposition : les entreprises ne participeront pas assez à l'effort collectif de ce budget, miné par l'inflation et les prix de l'énergie.

En cause notamment, une suppression sur deux ans de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), dont s'acquittaient jusqu'ici de grandes compagnies. Le gouvernement défend sa disparition progressive, en deux temps, pour leur redonner de l'air, dit-il, et favoriser une meilleure compétitivité. Mais le manque à gagner pour l'Etat s'élève à un montant de 9,3 milliards d'euros...

Mais peut-on se permettre de baisser encore les impôts de production ? Anne-Sophie Lechevallier, journaliste à Libération, et Marc Vignaud, journaliste au Point, ouvrent le débat.

L'invité de 9h10
24 min

Le dossier

Le nouveau rapport au travail des Français

9 min

Cette semaine, l'Association nationale des directeurs des ressources humaines a publié une enquête : 88% des DRH évoquent une pénurie de main d'œuvre.

Des chefs d'entreprises racontent ces CDD qui refusent des CDI. Des politiques s'inquiètent à voix haute des abandons de poste et des démissions. On a bien du mal à mettre des chiffres sur tous ces phénomènes. Et les économistes sont très loin d'être d'accord sur le lien entre les difficultés de recrutement et la générosité du système d'assurance chômage, dont la réforme est désormais enclenchée.

Et si au fond, c'était le rapport des Français au travail qui avait changé ? Un dossier signé Maxime Debs.

Le zoom de la rédaction
4 min

Ça se passe là-bas

A Prague, vient de se terminer un nouveau Conseil européen. Objectif ? Faire baisser les factures d'énergie des 500 millions d'Européens. Mais l'Allemagne a été pointée du doigt.

Accusé de faire cavalier seul et de manquer d'esprit solidaire, Berlin en a pris pour son grade... On en parle avec Angélique Bouin, envoyée spéciale de France Inter à Prague.

Ma vie au boulot

Ce samedi, Sandrine Foulon répond à la question que lui a envoyé Charlie. Son employeur aimerait bien que la majorité des 33 salariés de l’entreprise télétravaille le vendredi. Charlie n'es pas contre cette idée, mais qui va payer la facture d’électricité ?

L'équipe