Publicité
En savoir plus

En raison d'une soirée spéciale en direct du festival de Saint Denis, l'émission de ce soir est écourtée

Valérie Igounet

Stéphane Bou invite l'historienne, chercheuse Valérie Igounet pour son livre Robert Faurisson, portrait d'un négationniste paru en mars 2012 aux éditions Denoël.

Publicité
Valérie Igounet - Robert Faurisson, portrait d'un négationniste
Valérie Igounet - Robert Faurisson, portrait d'un négationniste
© Radio France

Résumé : Depuis une quarantaine d’années, Robert Faurisson officie dans le négationnisme. Cet homme, pour qui le génocide des Juifs est une « sinistre farce » s’attaque à l’Histoire pour la dénaturer. C’est l’entreprise de sa vie : il entend mettre au jour la « tromperie » des chambres à gaz. Ce faisant, il tronque l’histoire du génocide des Juifs mais fait tout pour préserver la sienne. Son passé doit rester obscur. Il ne veut pas en donner mot. Il fallait donc tenter de savoir qui est réellement celui qui se fait appeler le professeur Faurisson. En s’appuyant sur des archives jamais exploitées et sur de nombreux témoignages inédits, cette biographie trace donc le portrait d’un homme qui a tenté de laisser son nom dans l’Histoire ; un enseignant de lettres, en province, qui n’entend pas le rester ; un provocateur qui trouve, dans la négation d’un des événements les plus douloureux du XXe siècle, son fonds de commerce ; un polémiste qui devient le chef de file d’une doctrine antisémite et qui éprouve bien des difficultés à conserver sa place. Le négationnisme existait avant lui. Pourquoi a-t-il réussi là où ses prédécesseurs avaient échoué ? Le propagandiste s’est avancé à visage couvert. Il s’est approprié le négationnisme sous un angle technique puis est parvenu, aux yeux de certains, à le rendre présentable. Il l’a politisé en le calquant sur le conflit proche-oriental. Mais de la contestation de l’existence des chambres à gaz à la négation de l’extermination nazie, de la défense des Palestiniens à la remise en cause de l’État d’Israël, le fil conducteur reste la haine.

Références

L'équipe

Jérôme Chelius
Réalisation
Jean-Baptiste Audibert
Programmation musicale
Perrine Malinge
Collaboration
Valérie Priolet
Collaboration
Zazie Tavitian
Collaboration
Alexandre Hiron
Collaboration