Ervé alias Croisepattes dans "Par Jupiter", avril 2022 ©Radio France - France Inter Web
Ervé alias Croisepattes dans "Par Jupiter", avril 2022 ©Radio France - France Inter Web
Ervé alias Croisepattes dans "Par Jupiter", avril 2022 ©Radio France - France Inter Web
Publicité
Résumé

Bonjour la France Inter ! Aujourd'hui, Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent Ervé alias Croisepattes sur Twitter pour son premier livre "Ecritures Carnassières" paru aux Editions Maurice Nadeau.

En savoir plus

Ervé, personne SDF à Paris

Il a longtemps écrit sous le nom de plume de "Croisepattes" sur Twitter, nom d’un chien qu’il avait adopté quand celui-ci était venu se coucher sur ses pieds en croisant les pattes. Aujourd’hui il est "Ecrivaillon nocturne". Plus de 13 000 personnes y suivent ses pensées et ses coups de gueules.

Il publie son premier livre Ecritures Carnassières aux Editions Maurice Nadeau dans la collection A vif. Il y raconte son enfance à la DDASS, sa vie dans la rue, son amour pour ses enfants... Il est en pleine écriture de son second livre Morsures de nuit.

Publicité

Il participera également à "La contre-soirée électorale" organisée par Guillaume Meurice le dimanche 24 Avril à la Cigale.

Ce livre c'est avant tout l'histoire d'un homme qui vit dans la rue et dont les carnets sont devenus son premier livre. Petit, Ervé voulait faire Walt Disney pour raconter des histoires, à 50 ans, il devient écrivain et nous raconte ses éclats d'histoires, de rues, d'amour, de perte, de non possession, de violence et de tendresse. Au micro de Charline, il raconte que "ce livre est un projet qui date de plusieurs années. La première fois que j'en ai parlé, c'était avec un ami qui a fait la préface du livre, Guy Birenbaum en 2008". Même s'il regrette ironiquement qu'il ait attendu "que ce soit la fin du monde nucléaire" pour sortir son livre, c'était pour lui une nécessité : "Je vais avoir 50 ans et je me suis regardé, j'ai voulu aller chercher mes souvenirs pour les raconter, les confier aux gens sans jamais dénoncer, sans que jamais, insiste-t-il,  que ce soit un livre à charge".

Cela fait 22 ans que je vis au ras du sol sur Paris, je voulais dire aux gens comment je perçois la vie, à mon petit niveau

"L'écriture était une nécessité pour tuer le temps"

Ervé a ressenti le besoin de faire le point avec lui-même et d'installer une routine d'écrivain, certes sans table, mais avec ses propres pensées et ses souvenirs, il avait tout ce dont un écrivain avait besoin pour penser son ouvrage. Il raconte comment cette envie d'écrire et de partager son vécu lui ai venue : "quand vous êtes une personne SDF, les journées sont longues. Quand on vit dans la rue, on se lève tôt, on se couche tard, il faut tuer le temps qui s'allonge et se dilate sans cesse. Donc, à ce moment-là soit tu lis, soit tu dessines, soit tu écris, soit tu joues de la musique. J'ai décidé de prendre des carnets, un crayon et je me suis mis à écrire tout ce qui me passait par la tête, ce qui me permettait d'évacuer un maximum de choses. À tel point que j'écris tout le temps maintenant".

Livré à lui-même dès 18 ans

Cette marginalité, il en a d'abord été victime dès le collège où il était assimilé par les autres comme "un cas social". Il a fallu qu'il apprenne à faire abstraction des stigmates qui viennent s'ajouter aux difficultés et fragilités qui étaient les siennes à l'époque : "on me le renvoyait en pleine face parce que, quand j'allais au collège par exemple, les autres jeunes de mon âge savaient que j'étais le mec de la DASS, je faisais partie des mecs du foyer".

Et si entrer à la DASS c'est une chose, en sortir n'est pas tellement plus facile regrette-t-il car ceux qui doivent quitter l'aide sociale à l'enfance à 18 ans, quand il faut quitter la structure, les jeunes manquent d'accompagnement vers l'autonomie. Il raconte que le plus compliqué sur le moment a été "le manque de repères, puisqu'on se retrouve livré à soi-même. Quand je suis parti, je devais recevoir l'Allocation pour jeunes majeurs et j'ai attendu un an pour l'avoir. Quand on a 18 ans, qu'on n'a pas de repères, avec simplement un bac en poche, sans jamais avoir connu les reproches et l'encadrement parental, quand vous vous retrouvez tout seul à 18 ans, ça devient compliqué de se prendre en main. D'où l'idée de mieux prendre en charge les jeunes aujourd'hui au risque qu'ils deviennent même parfois des clochards agressifs, suicidaires susceptibles de s'en prendre aux gens".

Aujourd'hui je suis un asocial : quand je fais des démarches administratives, je ne rentre pas dans les cases parce que ça fait 20 ans que je suis dans la rue

Les chiens : des compagnons de survie

Pour quelqu'un qui vit à la rue, Ervé explique que "l'animal de compagnie, ce n'est pas l'animal de compagnie comme on l'a dans son petit salon, dans son petit chez soi, le chien, c'est un compagnon, c'est énormément d'amour, c'est un gardien face à l'adversité. Et c'est, en même temps, une façon d'attirer l'œil des gens".

Actualités

L’aide sociale à l’enfance, anciennement appelée la DASS est une structure où il est aussi mal aisé d’entrer que d’en sortir… Si elle protège les mineurs sans famille ou les protège de leur familles, à 18 ans, ils sont livrés à l’autonomie, et cela demande… un accompagnement…

Des associations en France aident les plus démunis à veiller sur leurs chiens.

Tandis que le Samu distribue des sacs de couchage, des conserves ou de l’eau chaude, quelques associations proposent aussi aux SDF de lire dans la rue et leur confient des livres…

Au sommaire de cette émission

  • Le moment Meurice : Poutou 2022
  • La chronique de Clara Dupont-Monod : Ecritures Carnassières d'Ervé
  • La chronique de Thomas Bidegain : Les Supers héros

La programmation musicale de l'émission :

  • Cannibale - Life is dead
  • Jacques Higelin - Aujourd'hui la crise
Références

Programmation musicale

  • 17h19
    Aujourd'hui la crise
    Aujourd'hui la crise
    Jacques Higelin
    Aujourd'hui la crise

    J. Higelin

    Album Alertez les bébés ! (1976)
    Label EMI
  • 17h40
    Life is dead
    Life is dead
    Cannibale
    Life is dead

    Manuel Laisne, Cyrille Maudelonde, Nicolas Camus

    Album Life is dead (2021)
    Label BORN BAD RECORDS

L'équipe

Juliette Arnaud
Production
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker
Djubaka
Programmation musicale
Matthias Volant
Collaboration
Ramzi Assadi
Collaboration
Guillaume Meurice
Guillaume Meurice
Nathalie Romero
Collaboration
Stéphanie Valois
Collaboration
Clara Dupont-Monod
Clara Dupont-Monod
Thomas Bidegain
Chronique
François Audoin
Réalisation