La romancière Virginie Grimaldi, mars 2018
La romancière Virginie Grimaldi, mars 2018
La romancière Virginie Grimaldi, mars 2018 ©Getty - Eric Fougere - Corbis / Contributeur
La romancière Virginie Grimaldi, mars 2018 ©Getty - Eric Fougere - Corbis / Contributeur
La romancière Virginie Grimaldi, mars 2018 ©Getty - Eric Fougere - Corbis / Contributeur
Publicité
Résumé

Bonjour la France Inter ! Aujourd'hui, Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent la romancière Virginie Grimaldi pour son nouveau roman Il nous restera ça paru aux éditions Fayard.

En savoir plus

Biographie

Virginie Grimaldi est la romancière la plus lue en France. Ses romans tels que Et que ne durent que les moments doux, Il est grand temps de rallumer les étoiles ou encore Les Possibles sont traduits dans plus de vingt langues.

Elle vient nous présenter son huitième roman : Il nous restera ça paru aux éditions Fayard.

Publicité

Actualités

Les urgences du CHU de Bordeaux ont fonctionné en mode dégradé cette semaine… ce sont des bénévoles qui ont accueilli les patients… par manque de personnel et à cause du nombre de burn-out… donc à part cette histoire de bénévolat, rien de neuf sous les tubes néons des urgences…

Les magazines féminins vivent grâce aux espaces publicitaires vendus à l’industrie de la mode et des cosmétiques.  Qui nous propose une image de la femme archétypicale. Mais les femmes  renâclent de plus en plus à gober ce système. Alors l’industrie s’adapte. Ou filoute. Alors qu’en réalité, il n’y a qu’une règle et elle n’a pas changé :

Au Japon, les auteurs qui remettent toujours au lendemain l’écriture de leur manuscrit ont désormais un lieu pour régler leur problème de procrastination…

Extraits de l'entretien

Virginie Grimaldi aurait probablement préféré l'anonymat d'une Elena Ferrante. Mais elle est la deuxième écrivaine à vendre le plus de livres en France après Guillaume Musso. C'est donc difficile de passer inaperçue. L'écrivaine publie Il nous restera ça chez Fayard

Juliette Arnaud présente le récit : "C'est un roman qui annonce la couleur avec au début, une citation de Leonard Cohen en exergue : "Il y a une faille en toute chose, et c'est par là contre la lumière". Trois personnages Théo, la vingtaine, Iris, la trentaine, et Jeanne plus âgée. On sait dès le début du roman que tous les trois ont une grosse fêlure. Le suspense court tout au long du livre pour savoir lequel. Ils ne se connaissent pas. Mais trouvent le moyen de se mettre à vivre ensemble. Sur le papier, c'est une idée désastreuse. Mais…"

Virginie Grimaldi précise l'enjeu du roman : "Je voulais de faire se rencontrer trois solitudes et trois estropiés. Je voulais montrer qu'on peut être abîmé par la vie et se réparer d'à peu près tout. J'en suis persuadée. Surtout qu'on peut se réparer avec les autres. Il arrive que certains se réparent seuls. Chacun a sa propre voie de guérison. En disant cela, j'ai l'impression d'être un gourou. (rires) !

Humour

Juliette Arnaud insiste sur l'humour du livre malgré le thème abordé. Virginie Grimaldi explique : "Je sais que je peux faire rire depuis toujours. C'est ma carapace, un mode de défense, ma protection. Cette partie légère contrebalance ma part très sombre, très lucide sur notre finitude à tous. Enfin surtout la mienne (rires) !

Au quotidien, j'aime rire et faire rire. Et ce, depuis toujours, au grand désespoir de ma mère qui était convoquée souvent au collège."

Empathie

Juliette Arnaud a noté la justesse de description qu'elle ne connaît pas comme le faite de ne pas avoir d'enfant. Si Virginie Grimaldi arrive à restituer ces éléments, c'est parce que "J'ai une surempathie assez encombrante, et une sensibilité qui l'est tout autant. Mais cela me permet de visualiser et de ressentir des choses, même lorsque je ne les ai pas vécues. Mais l'absence, le deuil, le manque, je connais sous une autre forme... Donc je sais en parler. Ce que l'on ressent est assez universel."

L'écriture

J'écris depuis une cabane dans mon jardin, je vois des chevreuils, et des écureuils. Je suis isolée. Mes enfants viennent gratter à la porte de temps en temps. Je procrastine beaucoup, mais mon éditrice sait me rassurer. J'ai besoin de calme, d'être vraiment concentrée. J'ai du mal avec la contrainte. J'ai refusé des propositions pour cette raison parfois.

Quand c'est imposé, c'est compliqué pour moi, L'écriture, c'est instinctif !

Adepte du body positive

Virginie Grimaldi a été photographiée pour un magazine. Elle a reçu les images. Elle a d'abord dit "Wahoo". Mais ensuite, elle a trouvé que ce n'était pas elle : "J'avais 20 kilos de moins et c'était super vexant. Donc j'ai demandé qu'on enlève les retouches. Cette "perfection", quelle image renvoie-t-elle ? Je me bats contre ça. Je n'ai pas envie que des gamines qui ont envie de devenir écrivaines se disent qu'il faut être "canon".

Les corps des magazines n'existent pas. J'ai obtenu de garder mon double menton, mon ventre et c'est très bien comme ça.

Si je décris peu mes personnages, c'est pour que le lecteur s'approprie un petit peu l'image qu'il a envie de donner à chaque personnage. Et aussi parce que pour moi, le physique soit très important."

Au sommaire de cette émission

  • Le Moment Meurice : Au salon du greenwashing
  • La chronique de Djamil le Shlag : Le burkini et PPDA
  • La chronique de Léo Karmann : La série Severance créée par Dan Erickson

La programmation musicale de l'émission

  • Didier SUPER - Y'en a marre des pauvres
  • Oumou SANGARE - Wassulu don
Références

Programmation musicale

  • 17h20
    Y'en a marre des pauvres
    Y'en a marre des pauvres
    DIDIER SUPER
    Y'en a marre des pauvres

    Interprètes DIDIER SUPER

    Album Vaut mieux en rire que s'en foutre
  • 17h37
    Wassulu Don
    Wassulu Don
    Oumou Sangare
    Wassulu Don
    Album Wassulu Don (2022)
    Label WORLD CIRCUIT / BMG

L'équipe

Juliette Arnaud
Production
Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker
Djubaka
Programmation musicale
Matthias Volant
Collaboration
Ramzi Assadi
Collaboration
Guillaume Meurice
Guillaume Meurice
Nathalie Romero
Collaboration
Stéphanie Valois
Collaboration
François Audoin
Réalisation
Camille Berne
Collaboration