Photo d'illustration sur les Pinky Gloves
Photo d'illustration sur les Pinky Gloves
Photo d'illustration sur les Pinky Gloves ©Getty - Anna Efetova
Photo d'illustration sur les Pinky Gloves ©Getty - Anna Efetova
Photo d'illustration sur les Pinky Gloves ©Getty - Anna Efetova
Publicité
Résumé

Cette semaine, deux douches froides : les Pinky Gloves et l'abandon du mariage gay en Suisse. Mais pour la première fois, en Israël, une femme trans a arbitré un match de football !

En savoir plus

Le chiffre de la semaine : 800 milliards de dollars en moins. C’est la totalité des revenus perdus par les femmes, dans le monde, depuis le début de la pandémie. Et c’est une estimation basse, d’après l’ONG Oxfam… 800 milliards de dollars, pour vous donner une idée, c’est l’équivalent du PIB de 98 pays. Ça fait très, très cher, la Covid. 

La douche froide de la semaine

En décembre dernier, la Suisse semblait tout près d’ouvrir le mariage aux couples homosexuels. Après 7 ans de bataille législative acharnée, le texte obtenait enfin le feu vert du Parlement. Sauf que c’était trop simple… 

Publicité

Une pétition s’est mise alors à circuler pour demander l’abrogation de la loi. En quelques semaines, elle a passé la barre des 50 000 signatures : seuil suffisant, en Suisse, pour qu’une loi soit soumise à l’approbation directe des électeurs. Un référendum aura donc lieu. Quand ? On ne sait pas. 

Ce qui est sûr, c’est que les gays comme les lesbiennes devront se contenter encore longtemps de ces "partenariats enregistrés", équivalent du PACS. Qui, et c’était bien le cœur du débat, en l’état actuel des choses, ne leur permet pas de fonder une famille légalement reconnue. 

Le match de la semaine

C’était lundi, au stade Ofer en Israël. Sur le terrain, Haïfa, 9ème du championnat, affrontait Jérusalem, 10ème . La rencontre s’est terminée sur un très très joli score de 3 à 1. Sauf que là n’est pas la question. 

Non, l’intérêt de la rencontre venait plutôt de l’arbitre, Sapir Berman. À 26 ans, elle vient tout juste de faire son coming-out trans. Née homme, c’était son premier match sous sa nouvelle identité. Et oui, ça s’appelle une première mondiale. 

L’objet de la semaine

C’est rose, c’est mensuel, c’est menstruel et ça passe même au JT de la Deustche Welle. Même si vous ne parlez pas allemand, "period", ça vous met sur la piste, je pense… La piste des Pinky Gloves, ces gants tout mignons tout roses, qui vont nous révolutionner l’hygiène intime – oui, rien que ça - nous permettant, en un seul geste, de retirer et d’emballer nos tampons avant de les mettre à la poubelle. 

Génial, non ? Si. Et même génialement féministe, si on en croit André et Eugène, ces deux jeunes entrepreneurs allemands, jugés suffisamment convaincants au départ pour lever 30 000 euros de fonds… Et se prendre, quelques jours plus tard, une volée de bois vert sur Twitter. Pourquoi ? Pourquoi ce PinkyGate, comme on l’appelle ? 

On est sur un exemple parfait de sexisme bienveillant : hyper sympa en surface, nettement moins quand on gratte.

Pour la bienveillance, dans le cas précis, on avait l’argumentaire d’Eugène et Andre et je résume : "nous vivons en coloc avec des femmes, donc nous les comprenons, donc nous voulons leur venir en aide"… Et tant pis, si elles n’ont rien demandé. 

Tant pis, si elles dépensent déjà 20 000 euros sur toute une vie, en moyenne, pour leurs protections périodiques, vous nous rajouterez bien une douzaine de gants à la caisse… Et quelques tonnes de déchets dans l’environnement – on est déjà à 200 000 tonnes annuelles, en tampons et serviettes, dans le monde, on en est plus à quelques Pinky près. 

Pinky : évidemment, ils sont roses – pour des alliés féministes, on a vu mieux… Mais passons vite, parce que c’est pas ça, le plus drôle. 

Le pire, c’est qu’en fait si l’idée leur est venue, c’est qu'eux en avaient marre de sentir l’odeur des règles dans la poubelle commune, c’est de leur bien-être à eux, qu’ils se sont préoccupés, les chatons… Un peu trop visiblement : les Pinky Gloves ont fini à la poubelle. Mais définitivement. Le produit a été retiré du marché.

Références

Programmation musicale

  • 18h33
    Chemtrails Over The Country Club
    Chemtrails Over The Country Club
    Lana Del Rey
    Chemtrails Over The Country Club
    Album Chemtrails Over The Country Club (2021)
    Label POLYDOR

L'équipe

Giulia Foïs
Giulia Foïs
Giulia Foïs
Production
Giulia Foïs
Giulia Foïs
Giulia Foïs
Chronique