Dans ses différents usages, la bouche raconte tout ce que nous sommes !
Dans ses différents usages, la bouche raconte tout ce que nous sommes !
Dans ses différents usages, la bouche raconte tout ce que nous sommes !  ©Getty - Sara Montella / EyeE
Dans ses différents usages, la bouche raconte tout ce que nous sommes ! ©Getty - Sara Montella / EyeE
Dans ses différents usages, la bouche raconte tout ce que nous sommes ! ©Getty - Sara Montella / EyeE
Publicité
Résumé

Entre le sexe et la nourriture, il y a un point de rencontre évident : la bouche avec laquelle nous mangeons et la bouche avec laquelle nous embrassons. Mais la bouche nous permet aussi de parler et de nous exprimer. Dans ces différents usages, la bouche raconte tout ce que nous sommes.

En savoir plus

C’est avec elle que nous mangeons et c’est avec elle que nous embrassons

Tant donc pour faire l’amour que pour dévorer de bons petits plats, la bouche est essentielle et concentre une bonne partie du plaisir de ces deux activités sur lesquelles nous réfléchissons. 

Cette bouche et les lèvres, les dents, la langue qui la composent est toute entière concernée : avec elle on croque, on mordille, on lèche, on humecte, on salive, on suce voire on suçote, mais on laisse échapper aussi des petits « mhmm » de plaisir, des mots doux ou des mots durs qui commentent les sensations d’un baiser ou d’une bouchée. 

Publicité

La bouche est un organe du plaisir, mais pas seulement : elle est aussi celui par lequel nous pouvons parler de ce plaisir et exprimer la conscience que l’on en a. Elle laisse échapper notre voix, nos sourires, nos moues dubitatives ou séductrices, elle est un élément essentiel de notre expressivité à nous-mêmes et aux autres. Elle est donc une mais aussi plurielle et donc un peu différente à chaque fois…

D’où cette question : pourquoi peut-on s’embrasser à pleine bouche alors qu’on ne peut pas parler la bouche pleine ? 

En se prêtant à plusieurs usages, notre bouche révèle les différentes dimensions de notre être et nos différentes manières d’être dans ce que nous faisons

Ne pas parler la bouche pleine, avant d’être une des grandes punch-line de l’éducation des enfants, c’est une règle donnée par Socrate dans le dialogue Le Banquet écrit par Platon. Socrate et ses amis sont réunis pour partager un repas, à l’occasion duquel ils veulent philosopher sur l’amour. Socrate invite donc ses convives à manger d’abord et à se lancer dans de grands discours ensuite. Alors bien sûr c’est difficile de parler la bouche pleine et notamment ce que l’on dit risque de ne pas être clairement audible et compréhensible. 

La distinction entre les deux révèle en fait pour la philosophie antique, la double nature de notre condition : nous sommes à la fois corps et âme

La bouche de notre corps s’emplit de nourriture pour satisfaire un besoin, mais la bouche qui sert à exprimer les pensées de notre âme doit être vide de tout aliment. Ne pas parler la bouche pleine, c’est donc en fait une invitation à ne pas confondre les besoins du corps et les plaisirs de la pensée. Et c’est une façon pour Socrate de rappeler la dignité supérieure de l’âme qui doit donc être libérée de tout élément matériel pour exprimer ses pensées…

Mais pourquoi donc alors peut-on s’embrasser à pleine bouche ? 

Non parce que le désir qui nous pousse vers l’autre n’est que désir d’un corps. Mais parce que nous nous tenons tout entier dans notre désir, comme le fait remarquer le philosophe Sartre. Ainsi quand nous embrassons à pleine bouche, nous exprimons tout autant le désir du corps que le désir de l’âme pour reprendre la distinction faite par Socrate. 

Bouche contre bouche nous voilà, pleinement présent à notre corps et au corps de l’autre et pleinement présent aussi à notre conscience et à la conscience de l’autre. L’expression « à pleine bouche » peut donc je crois révéler la magie du baiser qui implique notre humanité toute entière et celle de cet.te autre que nous embrassons. Il n’y a d’ailleurs que les humains qui s’embrassent ainsi. Parce que le désir de l’autre, loin de nous perdre, nous unifie et nous présente à lui dans tout ce que nous sommes, corps, esprit et sensation…

Il y a donc d’un côté la bouche qui mange et de l’autre celle qui parle. Mais la bouche qui embrasse mange et parle à la fois : elle raconte tout ce que nous sommes

Références

L'équipe

Thibault de Saint-Maurice
Thibault de Saint-Maurice