vidéo
Le député Modem Jean-Louis Bourlanges ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Publicité
Résumé

Jean-Louis Bourlanges, président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, député Modem des Hauts-de-Seine, est l'invité de "Questions Politiques" ce dimanche. Une émission présentée par Ali Baddou avec Carine Bécard (France Inter) et Françoise Fressoz (Le Monde).

En savoir plus

Alors que le conseil de sécurité de l'ONU s'apprête à se réunir en urgence, ce dimanche, pour évoquer l'embrasement israélo-palestinien, Jean-Louis Bourlanges dit ne pas en attendre "grand chose". "Le problème fondamental ne va pas être résolu avec cette réunion", prévient le député Modem, qui remarque que "les Américains ont trainé des pieds, ils étaient très réservés à l’idée de le réunir. Sans doute parce que l’administration Biden est embarrassée, partagée entre une gauche du parti démocrate très propalestinienne et l’essentiel de l’opinion américaine qui est farouchement derrière Israël".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour Jean-Louis Bourlanges, la situation au Proche-Orient est nouvelle par l'intensité plus grande dans les violences et les tensions dans les cités mixtes d'Israël, entre les communautés. "Il faut bien comprendre que le développement de la colonisation rend chaque jour un peu plus irréel le projet des deux États", déplore-t-il. "On créé progressivement une situation où il n'y a pas de solution."

Publicité

Fallait-il interdire la manifestation propalestinienne samedi à Paris, comme l'ont fait les autorités ? "On comprend que les organisateurs aient voulu se prévaloir de ce droit à manifester, mais en termes de morale, de responsabilité, le ministre de l'Intérieur a eu raison. Sous couleur de défendre les Palestiniens, on aurait aussi voulu casser du juif. Il y aurait eu des cris de haine, des violences", répond le député centriste, qui salue que des manifestations aient malgré tout pu se tenir dans d'autres villes. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Covid

S'il se refuse à pronostiquer ou non une quatrième vague épidémique, Jean-Louis Bourlanges constate néanmoins que nous sommes arrivés "au bout d'une capacité à vivre isolés. On a tenu le coup, au début ça n'était pas si désagréable que ça. Mais là, on a atteint la limite. Il n'y a plus de société, il n'y a que des individus."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il se dit favorable au pass sanitaire. "Nous sommes dans une situation entièrement nouvelle, ça implique pour chaque citoyen des contraintes évidentes. Ca n'est pas parce que l'on assume des contraintes de cet ordre qu'on fait reculer les libertés publiques", justifie le parlementaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Fonctionnement politique

Jean-Louis Bourlanges plaide pour un rééquilibrage des pouvoirs en faveur de l'Assemblée nationale, qui est selon lui aujourd'hui "un pouvoir soumis, une réplique caricaturale de l'élection présidentielle". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Quant à la vie politique française, il la désigne comme un "théâtre d'ombres". "Ce qui se passe à LR est d’une extrême gravité. Ce parti est en train d’imploser. Vous avez, au sein de la droite traditionnelle, des gens très fortement tentés par l’extrême droite", alerte l'élu Modem.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Ali Baddou
Ali Baddou
Ali Baddou
Production
Ali Baddou
Ali Baddou