"Si je veux réindustrialiser la France, c'est aussi pour passer en mode conquête", explique Roland Lescure

Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie
vidéo
Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie ©AFP - Bertrand Guay
Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie ©AFP - Bertrand Guay
Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie ©AFP - Bertrand Guay
Publicité

Protectionnisme américain, souveraineté européenne, inflation, réforme des retraites : Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie, est l'invité de Questions politiques

Après le voyage d'Emmanuel Macron aux États-Unis, au cours duquel la question du protectionnisme américain a occupé une place centrale, Roland Lescure s'est voulu optimistes*. "Je pense que Joe Biden a réalisé l'ampleur des inquiétudes européennes, ce n'était pas le cas il y a une semaine"*, estime le ministre français chargé de l'Industrie. Selon lui, le président américain a été "éclairé" sur les dommages collatéraux que l'Inflation reduction Act (IRA) pouvait causer en Europe.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"On va négocier avec les États-Unis pour que dans les décrêts d'application, on ait des dispositions qui préservent l'industrie europenne". Concernant les subventions accordées lors de l'installation des entreprises sur le territoire, "les deux présidents se sont mis d'accord sur le fait qu'on allait s'aligner", ajoute Roland Lescure.

Publicité

Buy European Act

Si l'on veut protéger les exportations, "la politique européenne ne doit pas être de fermer les frontières", martèle le ministre, qui met en garde contre le risque, le cas échéant, de "se retrouver avec des Airbus sur les bras". Il plaide pour une réindustrialisation de l'Europe. "Nous, on aimerait bien un Buy European Act. Par exemple, pour les achats publics, il n'y a pas de disposition qui fait qu'on peut privilégier des achats européens".

"La raison pour laquelle je veux réindustrialiser la France, oui c'est pour créer de l'emploi en France, pour qu'on retrouve une fierté vis à vis de notre industrie, mais c'est aussi pour qu'on passe en mode conquête : qu'on puisse exporter le savoir-faire français avec nos véhicules automobiles, nos machines-outils, nos circuits électroniques, nos réacteurs nucléaires", explique Roland Lescure.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Interrogé sur le coût de la crise énergétique pour les entreprises, "on est en train de partager la douleur", estime le ministre. Enfin, faut-il rendre l'intéressement des salariés obligatoire * ? "Je suis pour que, quand une entreprise va bien, elle aille bien pour tout le monde. Mais le diable se cache dans les détails*", répond Roland Lescure.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'équipe