Climat : "Le gouvernement ne fait que renvoyer à des gestes individuels", regrette Sandrine Rousseau

Sandrine Rousseau, députée EELV-Nupes, à l'Assemblée nationale
vidéo
Sandrine Rousseau, députée EELV-Nupes, à l'Assemblée nationale ©AFP - Alain Jocard
Sandrine Rousseau, députée EELV-Nupes, à l'Assemblée nationale ©AFP - Alain Jocard
Sandrine Rousseau, députée EELV-Nupes, à l'Assemblée nationale ©AFP - Alain Jocard
Publicité

"Tous les moyens de l'État devraient être aujourd'hui consacrés à l'atténuation du dérèglement climatique et à notre adaptation", affirme Sandrine Rousseau, députée EELV-Nupes, invitée de Questions politiques dimanche 13 novembre. Elle regrette le manque de volonté du gouvernement et de la COP27.

Considérant les objectifs fixés par la COP21 de réduction des émissions de CO2, la député EELV de Paris Sandrine Rousseau estime qu'il nous faut agir "dans un délai extrêmement rapide". "Les scientifiques estiment qu'il y a 16 points de bascule majeurs sur la planète, et que nous en avons déjà franchi cinq", alerte l'élue écologiste. Alors que se tient actuellement la COP27 en Egypte, elle regrette l'inefficacité de cette conférence mondiale et pointe du doigt le manque de volontarisme du gouvernement français.

"Il nous manque les politiques publiques permettant la transformation. Aujourd'hui, tout ce que fait le gouvernement, c'est de renvoyer vers des gestes individuels comme baisser le chauffage", juge Sandrine Rousseau, estimant que le plan de sobriété "en est l'illustration la plus brillante". "Il nous manque des politiques publiques, par exemple pour aller vers une rénovation énergétique massive des bâtiments." Selon l'élue, "tous les moyens de l'État devraient être aujourd'hui consacrés à la diminution des émissions de CO2, l'atténuation du dérèglement climatique et à notre adaptation".

Publicité

L'équipe