Le secrétaire général du parti Renaissance, Stéphane Séjourné, le 27 novembre, sur France Inter.
vidéo
Le secrétaire général du parti Renaissance, Stéphane Séjourné, le 27 novembre, sur France Inter. ©Radio France - *
Le secrétaire général du parti Renaissance, Stéphane Séjourné, le 27 novembre, sur France Inter. ©Radio France - *
Le secrétaire général du parti Renaissance, Stéphane Séjourné, le 27 novembre, sur France Inter. ©Radio France - *
Publicité

Le secrétaire général du parti macroniste Renaissance appelle à laisser travailler la justice sans interférence dans le dossier McKinsey. Il rappelle que les comptes de campagne d'Emmanuel Macron déposés en 2017 "ont été validés", et "ceux de 2022 ont été déposés et sont en cours de validation".

Le secrétaire général du parti Renaissance, Stéphane Séjourné, s'est "félicité" dimanche dans Questions Politiques "qu'une enquête puisse être ouverte", concernant l'ouverture par le parquet national financier (PNF) de deux informations judiciaires sur l'intervention des cabinets de conseil dans les campagnes électorales d'Emmanuel Macron en 2017 et 2022.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"On est dans un pays où l'autorité judiciaire est indépendante, elle peut ouvrir des enquêtes y compris pour les responsables politiques qui sont en responsabilité, et c'est notre responsabilité de garantir cette indépendance sans commentaire politique", a réagi Stéphane Séjourné. Le secrétaire général du parti Renaissance a toutefois rappelé que les comptes de campagne de 2017 ont été validés et que ceux de 2022 "sont en cours de validation". "Il faut laisser la justice faire son travail", a-t-il poursuivi tout en précisant qu'il préférait "une enquête avec des magistrats" plutôt que "des supputations" et des "commissions d'enquête politisées".

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Selon Stéphane Séjourné, en comparaison avec l'Europe et les États-Unis, "la France a beaucoup moins recours aux cabinets de conseil que ses voisins". Dans le contexte "particulier" de la crise sanitaire, "dans l'urgence de la situation", il a jugé "très utile" d'avoir eu recours à ces cabinets, comme le cabinet de conseil McKinsey. "On l'a fait de manière exceptionnelle pendant la crise du Covid-19", a insisté Stéphane Séjourné, pour qui le programme d'Emmanuel Macron pendant la campagne de 2022 "n'a pas été influencé par un libéralisme croissant des cabinets de conseil américains".

L'équipe