Touda avec sa petite fille. Elle est venue rendre visite à sa sœur pour quelques jours. Tinfgam, dans le Haut Atlas, 2016 - Ferhat Bouda
Touda avec sa petite fille. Elle est venue rendre visite à sa sœur pour quelques jours. Tinfgam, dans le Haut Atlas, 2016 - Ferhat Bouda
Touda avec sa petite fille. Elle est venue rendre visite à sa sœur pour quelques jours. Tinfgam, dans le Haut Atlas, 2016 - Ferhat Bouda
Publicité
Résumé

Ferhat Bouda s ’intéresse principalement aux minorités : des Berbères aux peuples nomades comme les Touaregs, les Mongols. Brigitte Patient l'a rencontré à "Visa pour l'image"

En savoir plus

Ferhat Bouda est né en Kabylie. Adolescent, il se bat pour la reconnaissance de la langue berbère dans la Constitution algérienne.

Il fait des études de cinéma à Paris avant de se passionner pour la photographie.

Publicité

Je voulais que que ma grand-mère puisse voir des films dans sa propre langue

Au coeur des années 2000 il s'installe à Franckfort. En 2005, la ville tente de chasser les punks des espaces publics, Ferhat utilise son appareil photo pour dénoncer cette situation. Depuis lors le photographe s ’intéresse principalement aux minorités et groupes marginaux et tente d’attirer l’attention sur les problèmes et les besoins de ces populations.

Ferhat Bouda © Kiên Hoàng Lê
Ferhat Bouda © Kiên Hoàng Lê

Exposition

Chaque année, à Perpignan, Visa Pour l'Image présente une sélection des meilleurs sujets photojournalistiques venus du monde entier.

Les berbères au Maroc, une culture en résistance - Ferhat Bouda
du 2 au 17 septembre - Chapelle du Tiers-Ordre à Perpignann

Références

L'équipe

Brigitte Patient
Production