Le journaliste d’investigation du "New York Times" James Risen, 2014
Le journaliste d’investigation du "New York Times" James Risen, 2014
Le journaliste d’investigation du "New York Times" James Risen, 2014 ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Le journaliste d’investigation du "New York Times" James Risen, 2014 ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Le journaliste d’investigation du "New York Times" James Risen, 2014 ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Publicité
Résumé

Bientôt, James Risen, célèbre journaliste prix Pulitzer, risque de connaître la prison pour avoir refusé devant la justice de trahir ses sources. S'agit-il de criminaliser tout élément susceptible dénoncer les fautes du gouvernement et des administrations étatsuniennes ?

En savoir plus

Le chiffre est inquiétant, surtout si l'on prend en compte tous les espoirs que l'élection de Barack Obama avait suscités après une double présidence Bush particulièrement calamiteuse. Mais il faut regarder la vérité en face. L'administration Obama a recouru huit fois à l'espionnage Act pour poursuivre des journalistes ou des lanceurs d'alerte, alors que ses prédécesseurs ne l'avaient utilisé que trois fois en un siècle.

Qu'en est-il au sujet de l'affaire James Risen ? S'agissait-il d'une dérive et peut-être même d'une grave atteinte au premier amendement de la Constitution étasunienne qui garantit à tous les citoyens la liberté d'expression ? Ou bien n'est-ce que la conséquence extrême d'un système qui, sous prétexte de patriotisme ou de chasse au terrorisme, soumet désormais et de plus en plus tous les Américains à une étroite surveillance supervisée par les grandes agences de renseignement et qui tend à criminaliser tout ce qui, au nom des valeurs démocratiques et des droits de l'homme, ose dénoncer les erreurs, les fautes du gouvernement et des administrations ou la puissance tentaculaire de ces organismes qui font fi de la vie privée.

Publicité
Références

L'équipe

Patrick Pesnot
Production
Djubaka
Programmation musicale
Rebecca Denantes
Coordination
Michèle Billoud
Réalisation