Portraits du criminel Jacques Mesrine, 6 novembre 1978. ©Getty - Jean-Claude FRANCOLON / Contributeur
Portraits du criminel Jacques Mesrine, 6 novembre 1978. ©Getty - Jean-Claude FRANCOLON / Contributeur
Portraits du criminel Jacques Mesrine, 6 novembre 1978. ©Getty - Jean-Claude FRANCOLON / Contributeur
Publicité
Résumé

Il ne se passait guère de jours sans que le bandit ne fasse parler de lui. Evasions, attaques à main armée, rapt, Jacques Mesrine était partout et avait besoin d'être reconnu, se voulant au-dessus du lot des malfrats ordinaires, et incarner celui qui volait les riches pour donner aux pauvres.

En savoir plus

Pour construire sa sa légende, Mesrine s'est servi de la presse, mais la presse le lui a bien rendu. Mesrine, c'est un sujet inépuisable. Quand on a un ennemi public numéro 1 sous la main, on l'utilise, on brode à satiété. Et Mesrine ne déçoit jamais puisqu'il se débrouille toujours pour aller au devant de l'actualité en agissant de manière audacieuse et surprenante.

Bon prince, il va même jusqu'à accorder une interview à une jeune et jolie journaliste de Paris Match, alors même qu'il est recherché par toutes les polices de France. Sous Robin des Bois se dissimule Arsène Lupin, mais un Arsène Lupin méchant, teigneux, qui n'hésite jamais à brandir une arme et à tirer. Bref, un Arsène Lupin qui aurait du sang sur les mains.

Publicité

Comme dans tout bon polar, le gangster doit avoir un flic qui lui donne la réplique, un flic à la hauteur. Mesrine s'est choisi Broussard, le brave commissaire Broussard. Un vrai policier de terrain qui cache son flair sous un collier de barbe légendaire. Entre les deux hommes, on est à tu et à toi. On est adversaires, mais on s'estime. Bref, on se combat à la loyale en respectant les règles de l'honneur. On verra ce qu'il en adviendra en novembre 79.

Qu'en est-il de l'arrestation de Mesrine en 1973 ? Le bandit est repéré dans un appartement du 13° arrondissement de Paris. L'immeuble est cerné. Mesrine ne peut s'échapper. Broussard frappe à la porte de l'appartement. Mesrine se trouve de l'autre côté de la porte. Il engage la conversation avec le policier, qui lui annonce d'emblée qu'il a de l'estime pour lui. Mais Mesrine se méfie.

Références

L'équipe

Patrick Pesnot
Production
Djubaka
Programmation musicale
Rebecca Denantes
Coordination
Michèle Billoud
Réalisation