Michel Hervé, fondateur du Groupe Hervé. - Capture d'écran vidéo BPI France
Michel Hervé, fondateur du Groupe Hervé. - Capture d'écran vidéo BPI France
Michel Hervé, fondateur du Groupe Hervé. - Capture d'écran vidéo BPI France
Publicité
Résumé

Souvent présenté comme un modèle d'entreprise "libérée", le groupe Hervé, est connu pour son organisation "sans chef et sans ordres". Mais cette philosophie originale a aussi épuisé certains salariés et conduit les dirigeants du groupe à les classer en "dauphins", "moutons" et "renards".

En savoir plus

Le Groupe Hervé, que Michel Hervé a hérité de son père, est aujourd'hui un groupe de 3 000 salariés, dont le siège social est situé à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), opérant principalement dans le secteur du second œuvre du bâtiment : chauffage, isolation, climatisation... Depuis une vingtaine d’années, son organisation originale lui vaut la visite de chercheurs ou de journalistes attirés par la promesse d’une organisation "sans chef"

Moutons, renards, dauphins : Michel Hervé, le patron "modèle" qui classe ses salariés

Michel Hervé véhicule, d’interviews en conférences, l’image d’un entrepreneur atypique, ayant rompu avec la "culture du chef" et promouvant le "management concertatif" au sein de son entreprise. Même si son fils, Emmanuel, en est aujourd’hui officiellement le président, Michel Hervé reste, à 75 ans, très présent dans ce groupe qui porte son nom et qu’il a façonné à l’image de sa pensée.

Publicité

Michel Hervé l'affirme lui-même, une telle organisation implique d’avoir des salariés "modelés" pour y évoluer. Et pour ce patron qui s’intéresse aux neurosciences dont il finance des programmes de recherche, les salariés peuvent être classés en trois catégories : les dauphins, les moutons et les renards.

Ce "bestiaire" n’est pas une plaisanterie. C’est une théorie enseignée – par le patron lui-même – au sein du groupe lors de journées de formation. Comme dans la fable de La Fontaine, le renard est décrit comme "rusé", "beau parleur" et "menteur". A contrario, le dauphin est "le salarié modèle". Le mouton, quant à lui, comme on peut le deviner aisément est un "suiveur", qui a toujours besoin d’un chef.

Ces éléments théoriques, qui nous ont été confirmés par une quinzaine de salariés et ex-salariés du groupe semblent avoir des implications pratiques en réunion. D’après plusieurs comptes rendus internes que la cellule investigation de Radio France a pu consulter, il apparaît qu’à plusieurs reprises, des managers ont été invités à s’auto-évaluer et à évaluer leurs subordonnés selon cette grille.

LIRE L'ENQUÊTE INTEGRALE | Le Groupe Hervé : derrière la façade de l’entreprise "libérée", des salariés classés et sous surveillance ?, par Sylvain Tronchet, cellule investigation de Radio France.

Programmation musicale de Secrets d'info

Références

L'équipe

Sylvain Tronchet
Production
Jacques Monin
Jacques Monin
Jacques Monin
Production
Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France
Jacques Monin
Jacques Monin
Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France