Rassemblement d'étudiants, le 23 février 2021, à Lyon.
Rassemblement d'étudiants, le 23 février 2021, à Lyon.
Rassemblement d'étudiants, le 23 février 2021, à Lyon. ©Getty - Robert DEYRAIL/Gamma-Rapho
Rassemblement d'étudiants, le 23 février 2021, à Lyon. ©Getty - Robert DEYRAIL/Gamma-Rapho
Rassemblement d'étudiants, le 23 février 2021, à Lyon. ©Getty - Robert DEYRAIL/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Que reste-t-il aujourd’hui de la polémique qui a placé l’Unef au centre d’un vif débat en mars dernier ? Enquête à froid sur des griefs qui ont parfois occulté les faits.

En savoir plus

"Des fascistes dans nos amphis." "L’islamophobie tue." Le 4 mars 2021, la branche de l’Unef Grenoble relaie sur son compte Twitter des collages situés sur la façade de Sciences Po, avec le nom de deux professeurs, accusés d’islamophobie. Le syndicat retire son tweet, mais la polémique prend une ampleur nationale. Quelques jours plus tard, le syndicat étudiant au niveau national est accusé de discriminations suite à la mise en place de réunions non-mixtes. La cellule investigation de Radio France a voulu savoir, deux mois après, ce qu’il reste de ces évènements.

Lire l'enquête

Réunions non mixtes, affiches dénonçant des profs à Grenoble : que reste-il de la polémique autour de l’Unef ?, par Philippe Reltien, de la cellule investigation de Radio France.

Publicité

Programmation musicale

Références

L'équipe

Philippe Reltien
Production
Jacques Monin
Jacques Monin
Jacques Monin
Production
Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France
Jacques Monin
Jacques Monin
Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France