73 patients ont porté plainte contre Proxidentaire notamment pour violence suivie de mutilation. ©Getty - Edwin Tan
73 patients ont porté plainte contre Proxidentaire notamment pour violence suivie de mutilation. ©Getty - Edwin Tan
73 patients ont porté plainte contre Proxidentaire notamment pour violence suivie de mutilation. ©Getty - Edwin Tan
Publicité
Résumé

Cinq ans après le scandale des centres dentaires low cost Dentexia, qui ont laissé près de 3 000 patients mutilés et parfois endettés, la chaîne “Proxidentaire” est à son tour dans le collimateur de la justice.

En savoir plus

Sans dents. C'est ce qui est arrivé à Romuald, 53 ans, après des soins chez Proxidentaire. Son histoire commence en novembre 2020, alors qu'il cherche à se faire poser un dentier. Il se rend au centre dentaire de Chevigny-Saint-Sauveur en Côte-d’Or, il règle d'avance 3 400 euros, pour un appareil dont il ne pourra jamais se servir : 

“C’était affolant. Le dentier sortait de ma mâchoire, se souvient-il. Chaque fois que je fermais la bouche, je me mordais les lèvres et ça saignait de partout. On m’a meulé toutes les dents du dentier, plusieurs fois, puis on m’a dit que mon dentier était foutu.” Le centre propose alors de lui poser quatre implants. “J’ai refusé. Ça coûtait 1 200 euros en plus de ce que j’avais déjà versé.”

Publicité

Ces centres dentaires ne sont pas des entreprises mais des associations à but non lucratifs. Les patients accourent puisque les soins sont moins chers, mais la qualité ne suit pas : mauvais diagnostiques, malfaçons, implants défectueux, plusieurs centres ferment pour raisons sanitaires... Ils se retrouvent sans dents, ils ont perdu leur sourire, contraints de ne pouvoir manger que des aliments sans texture et certains sont très endettés. 

Plusieurs dizaines de patients ont porté plainte, notamment pour escroquerie et mutilation volontaire. Épinglés par l'ARS, les centres Proxidentaire ont fermé l'été dernier, en cause : des actes gravement injustifiés et de nombreux manquements. 

En plus de ces pratiques douteuses, les méthodes de gestion de ces centres posent également problème : de jeunes dentistes sont recrutés en Tunisie par une société intermédiaire créée de toute pièce, avec des contrats dont les clauses peuvent être considérées comme abusives...

Lire l'enquête

Programmation musicale de Secrets d'info

Références

L'équipe

Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France
Jacques Monin
Jacques Monin
Jacques Monin
Production
Laetitia Cherel
Production