Lithium : des projets d'extraction en France et encore beaucoup d'interrogations

L'actuelle carrière de Beauvoir dans l'Allier sous laquelle l'entreprise Imerys souhaite extraire du lithium.
L'actuelle carrière de Beauvoir dans l'Allier sous laquelle l'entreprise Imerys souhaite extraire du lithium. ©AFP - Guy Christian
L'actuelle carrière de Beauvoir dans l'Allier sous laquelle l'entreprise Imerys souhaite extraire du lithium. ©AFP - Guy Christian
L'actuelle carrière de Beauvoir dans l'Allier sous laquelle l'entreprise Imerys souhaite extraire du lithium. ©AFP - Guy Christian
Publicité

La société Imerys a annoncé son intention de créer la première mine de lithium française dans l’Allier. Mais elle n’a toujours pas demandé de permis d’exploiter ni précisé les quantités d’eau qu’elle utilisera dans une région où la ressource est en baisse.

Avec
  • Jacques Monin Directeur des enquêtes et de l’investigation de Radio France
  • Maxime Tellier Journaliste au service numérique de la rédaction de France Culture

Elle doit ouvrir en 2028 sur la commune d’Echassières dans l’Allier : une mine qui sera l’une des plus importantes d’Europe si l’on en croit les chiffres annoncés par l’entreprise Imerys, qui veut exploiter le site. L’objectif est de produire chaque année 34 000 tonnes d’hydroxyde de lithium, suffisamment pour construire 700 000 batteries de voitures électriques.

merys doit ouvrir en 2028, sur la commune d’Echassières dans l’Allier, une mine qui sera l’une des plus importantes d’Europe si l’on en croit les chiffres annoncés par l’entreprise. Son objectif est de produire chaque année 34 000 tonnes d’hydroxyde de lithium, suffisamment pour construire 700 000 batteries de voitures électriques.

Publicité

Imerys est une multinationale contrôlée par deux actionnaires principaux : le groupe fondé par le financier Albert Frère en Belgique et une riche famille canadienne. Dans l’Allier, ils sont arrivés très discrètement. Durant les phases de sondage, Imerys avait fait signer une clause de confidentialité à plusieurs élus locaux, dont le président du Conseil départemental de l’Allier, Claude Riboulet.

Si la mine doit ouvrir dans moins de six ans, de nombreuses questions restent sans réponse : on ne sait pas quels produits chimiques, ni quelle quantité d’eau seront nécessaires pour nettoyer la roche. À cela Imerys précise que les choix technologiques ne sont pas encore tranchés.

En France, on trouve aussi du lithium en Bretagne et en Alsace. À Tréguennec dans le Finistère, les habitants s’étaient mobilisés en début d’année contre l’exploitation d’un gisement très important. À l’heure actuelle, aucune entreprise n’a déposé de permis de recherche ni manifesté d’intérêt pour le site. En Alsace, plusieurs acteurs comptent s’appuyer sur des centrales géothermiques existantes qui pompent l’eau dans les profondeurs pour produire de l’électricité et de la chaleur. Des entreprises comme Eramet, Electricité de Strasbourg ou Lithium de France développent des technologies qui pourraient permettre d’extraire le lithium contenu dans ces eaux, sans ouvrir de mine ni creuser de galeries.

Lire l’enquête intégrale :

La programmation musicale de Secrets d’info :

Regarder l'enquête :

L'équipe