Orpea a eu recours a une centrale d’achats suisse pendant plusieurs années dont les méthodes posent sérieusement question.
Orpea a eu recours a une centrale d’achats suisse pendant plusieurs années dont les méthodes posent sérieusement question.
Orpea a eu recours a une centrale d’achats suisse pendant plusieurs années dont les méthodes posent sérieusement question. ©Maxppp - Vincent Isore - IP3 Press
Orpea a eu recours a une centrale d’achats suisse pendant plusieurs années dont les méthodes posent sérieusement question. ©Maxppp - Vincent Isore - IP3 Press
Orpea a eu recours a une centrale d’achats suisse pendant plusieurs années dont les méthodes posent sérieusement question. ©Maxppp - Vincent Isore - IP3 Press
Publicité
Résumé

Alors que dans certains Ephad du groupe Orpea, le budget repas dépasse à peine quatre euros par jour, sa centrale suisse exige de ses fournisseurs d’importantes commissions. La cellule investigation de Radio France a pu documenter ces pratiques grâce à des documents internes inédits.

En savoir plus

En février 2022, le journaliste Victor Castanet révèle les dérives du groupe Orpea. Les pratiques du géant des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) interpellent : priorité accordée à la rentabilité au détriment des résidents, négligences, rationnement des produits d’hygiène et des denrées alimentaires... Dans certains des 400 établissements français gérés par Orpea, le budget repas journalier dépasse à peine les quatre euros par résident.

En mars 2022, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et de celle des Finances (IGF), pointe une priorité accordée à la performance financière plutôt qu’à des critères de qualité, dénonçant notamment une nourriture “insuffisante”. Les denrées alimentaires qui servant à confectionner ces repas sont négociées par la société Kauforg, une centrale d’achats basée en Suisse, à deux pas du Lac Léman. Jusqu’en 2020, elle centralisait les commandes alimentaires des établissements Orpea. Les cuisines des Ehpad passaient commande via une plateforme reliée aux fournisseurs, qui envoyaient leurs factures à la centrale d’achats suisse. Cette dernière refacturait ensuite le tout aux établissements.

Publicité

Des contrats très avantageux

Des documents internes révélés par la cellule investigation de Radio France montrent que les trois dirigeants – tous salariés du siège d’Orpea – ont, pour un seul tiers temps de travail en Suisse, perçu un salaire de 143 000 euros, auquel s’ajoute un bonus du même montant, qui pouvait être illimité. En cumulant les rémunérations de ces trois directeurs, on aurait pu, selon les critères d’Orpea, fournir en repas l’équivalent d’un Ehpad de 80 résidents pendant sept ans.

Prestations douteuses et ristournes “inconditionnelles”

Les contrats passés entre Kauforg et ses fournisseurs – auxquels nous avons eu accès - eux aussi posent question. La centrale d’achats exige de son partenaire Pomona, un des plus importants grossistes alimentaires français, une ristourne “inconditionnelle, forfaitaire, définitive et annuelle de 250 000 euros sur trois ans”. Elle lui demande également de financer une enquête de satisfaction d’une valeur de 300 000 euros auprès des résidents. D’autres prestations sont facturées pour près de 20% de son chiffre d'affaires hors taxes.

D’autres entreprises versent des commissions, comme Bastide Le Confort Médical (BLCM), un distributeur de dispositifs médicaux financés par la caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM). L'entreprise a réglé 500 000 euros pour un “partage de données” et le financement de séminaires d’Orpea. Cumulées, ces prestations lui ont coûté 1,3 million d’euros.

Interrogé, Philippe Charrier, le PDG du groupe Orpea nous a répondu : “Il est de notre devoir de faire toute la lumière sur les accusations portées contre le groupe. […] Cela nous nous a conduit à déposer dès avril une première plainte contre X auprès du procureur de la République et à prendre des premières mesures disciplinaires, plusieurs personnes ayant déjà quitté l’entreprise. Nous poursuivons nos investigations et nous prendrons toutes les mesures et sanctions qui s’avèreront nécessaires.”

Lire l'enquête intégrale :

Les surprenantes pratiques de la centrale d'achats suisse du groupe Orpea, une enqête de Laetitia Cherel, cellule investigation de Radio France.

La programmation musicale de Secrets d'info :

Références

L'équipe

Laetitia Cherel
Production
Jacques Monin
Jacques Monin
Jacques Monin
Production
Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France
Jacques Monin
Jacques Monin
Cellule investigation de Radio France
Cellule investigation de Radio France