La Pive, monnaie locale de Besançon
La Pive, monnaie locale de Besançon
La Pive, monnaie locale de Besançon ©Maxppp - Arnaud Castagne / L'Est Républicain
La Pive, monnaie locale de Besançon ©Maxppp - Arnaud Castagne / L'Est Républicain
La Pive, monnaie locale de Besançon ©Maxppp - Arnaud Castagne / L'Est Républicain
Publicité
Résumé

Elles portent de jolis petits noms et leur ambition est grande : faire de l'argent un moyen pour faire de chaque acte de consommation un petit pas pour la transition écologique, sociale et solidaire.

En savoir plus

Il y a une dizaine d’année était créée la première monnaie locale en France…et aujourd’hui  ce sont déjà 82 monnaies locales qui existent avec au compteur 10 000 entreprises et associations, 35 000 citoyens et l’équivalent de  5 millions d’euros qui circulent.

Petit rappel : c’est toujours une association qui gère une monnaie locale, une unité équivaut à un euro et permet de faire ses courses chez les professionnels qui ont décidé d’adhérer à la monnaie.

Publicité

Une démarche

Celle de promouvoir et défendre une économie plus sociale, plus solidaire, plus écologique et 100% locale. Payer en Luciole en Ardèche, en Grain au Havre, en Pêche à Montreuil, en Sonnante en Hautes-Pyrénées ou encore en Bulle en Charente c’est en effet une démarche : vouloir faire de l’argent un moyen au service de la transition écologique et sociale.

Un mouvement est né pour fédérer 

Pour accompagner et valoriser le travail des associations de monnaies locales et citoyennes. Le mouvement Sol en regroupe une quarantaine. Son objectif : être un laboratoire d’expérimentation monétaire, il vient d’ailleurs de publier une étude sur l’impact social des monnaies locales en France.

Dans ce rapport, on apprend entre autre qu'utiliser une monnaie locale a une influence sur plusieurs sphères de la vie quotidienne. 69% des adhérents comprennent mieux les liens entre l’économie et les enjeux écologiques, sociaux et démocratiques, un paiement en monnaie locale génère entre 1,25 et 1,55 fois plus de revenus qu’un paiement en euros, 80% des répondants ont découvert des commerces ou des monuments grâce à une monnaie alternative…Enfin, 84% des professionnels qui ont adhéré  à une monnaie locale ont adapté leur méthode de travail pour réduire leur impact environnemental.

► Retrouvez la version longue de l’interview de Charlotte Bazire, chargée de communication  du Mouvement Sol ici.

► Vous connaissez une initiative qui peut participer à la transition écologique ? Contactez Valère Corréard.

Références

L'équipe

Valère Corréard
Valère Corréard