Laurence Devillairs et Charles Pépin - Fabrice Rivaud
Laurence Devillairs et Charles Pépin - Fabrice Rivaud
Laurence Devillairs et Charles Pépin - Fabrice Rivaud
Publicité
Résumé

Dans un essai passionnant, Laurence Devillairs tire de la mer des enseignements pour aller mieux. Elle signe un ouvrage poétique et philosophique.

En savoir plus

La philosophe Laurence Devillairs, autrice d’un joli essai, littéraire et érudit mas très facile à lire, idéal à parcourir sur la plage avant d’aller nager, Petite philosophie de la mer, est l'invitée de "Sous le soleil de Platon", dans la caverne de France Inter, pour nous aider à répondre à cette belle question : la mer lave-t-elle de tous les maux ?

Beaucoup de philosophes comme Épictète, Spinoza, ou encore Pascal, quand il s'agissait pour eux de dire ce qu'était la condition humaine, ce que ce que signifiait de vivre, prenaient des métaphores incluant la mer.

Publicité

La philosophe Laurence Devillairs a écrit son livre alors qu'elle était à terre – dans tous les sens du terme –, traversait une épreuve, et la mer lui a permis, comme elle le dit, de comprendre beaucoup de choses. Selon elle, la mer lui a accordé une plus grande facilité à l'abstraction et le fait de comprendre le danger, d'appréhender la peur. Comme le dit la phrase attribuée à Platon, "La mer lave de tous les maux"...

Dans son petit essai, chaque chapitre constitue une porte d'entrée à chaque fois différente sur cette philosophie de la mer. Quelques exemples : "Fuir les sirènes", "Tout le sel de la mer", "Hissez les pavillon", "La baleine blanche", "Nager", etc. L'insularité est une des portes de compréhension de cette philosophie de la mer.

Soi-même comme une île

La mer de Laurence Devillairs est celle de Corse, et elle a développé une petite philosophie de l'insularité, comme elle l'explique :

"L'insularité, c'est selon moi l'idée que il faut d'abord s'appartenir pour être ouvert aux autres. On ne cesse à notre époque de nous dire qu'il faut de l'ouverture, qu'il faut être ouvert, qu'il faut être dans le dialogue, dans l'échange, dans l'interaction. Oui, sans doute. Je n'ai pas à prôner l'isolement, mais je crois qu'avant de s'ouvrir aux autres, il faut s'appartenir et s'appartenir, c'est cette insularité fondamentale. Je crois qu'en réalité, on n'est jamais suffisamment nous-mêmes."

4 min

Nager, et se libérer de son ego

C'est une autre entrée de son livre et de sa philosophie. Pour elle, nager, ça veut dire en finir avec la pesanteur de l'ego. Elle nous explique : "à la fois, on a beaucoup de difficulté à être nous-mêmes, parce qu'on est absolument encombré de plein de choses que ne sommes pas nous, y compris l'image qu'on veut avoir de nous-mêmes ou qu'on voudrait que les autres aient de nous. Et en même temps, nous avons des appels à la légèreté et nager, pour moi, c'est une épreuve d'humilité, c'est une vraie discipline de l'ego. Je dois apprendre à me délester. [...] On se libère, on est à moitié nu. Et puis on doit absolument accepter de s'abandonner à plus grand que soi. C'est ça, nager. [...] Dans la mer, les limites de mon corps s'effacent. En fait, je suis la mer, je deviens la mer."

52 min

Petite philosophie du requin

Dans l'émission, la philosophe expose une petite philosophie du requin, à rebours des craintes communes et de l'imaginaire développé dans les films d'horreur.

Selon la philosophe : "Le requin, il a 6 à 7 paires de branchies, donc il a besoin d'être en mouvement permanent pour pouvoir respirer. Mais il y a deux formes de mouvement. Il y a la frénésie et ces enchaînements d'occupations qui sont notre lot quotidien. On ne fait que se dire au : 'suivant'. Et puis il y a le mouvement comme force vitale, le mouvement qui est en réalité la marche du désir. Qu'est-ce qui me fait continuer d'avancer ? Et souvent, ce qui est frappant, c'est que nous ne sommes pas assez des requins, c'est que nous ignorons le vrai désir qui est notre mouvement."

Écoutez cet échange passionnant dans son intégralité...

Petite Philosophie de la mer de Laurence Devillairs aux éditions de La Martinière est paru en mai 2022.

Références

L'équipe

Charles Pépin
Production
Alicia Vullo
Réalisation
Thierry Dupin
Programmation musicale
Romain Couturier
Programmation musicale
François Audoin
Réalisation
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Collaboration
Valentine Chédebois
Programmation musicale
Aurore Juvenelle
Collaboration