L'écrivain Camille de Toledo en septembre 2016 ©AFP - JOEL SAGET
L'écrivain Camille de Toledo en septembre 2016 ©AFP - JOEL SAGET
L'écrivain Camille de Toledo en septembre 2016 ©AFP - JOEL SAGET
Publicité
Résumé

De quoi est-t-on l'enfant, au juste ? Et comment se réinventer grâce à la littérature ?

avec :

Camille de Toledo (écrivain).

En savoir plus

L'intro-fiction de Charles Pépin 

J’aimerais vous raconter l’histoire d’un homme moderne. Elevé dans l’idéologie de la rupture, on lui a dit que le passé c’était le passé, qu’on pouvait trouver la force de rompre, qu’elle était là, la modernité, dans cette ivresse du rompre, cette manière de tourner le dos, ou de faire volte-face, cette façon d’aller de l’avant, sans se retourner...

On lui a dit que la vie c’était comme ça

Comme dans une chanson de Francis Lalanne, un geste de rupture, sans se retourner, comme une décision, une fondation. On lui a dit qu’on pouvait fonder sur rien, on lui a même parlé d’un roi, un grand roi, qui aurait trouvé le courage de rompre avec la tradition, de cesser de se soumettre, pour fonder du nouveau, à l’autorité de l’éternel hier. Il a bien objecté que ses parents, ses grands-parents, leur exil, leur douleur…que ce passé ne passait pas, on lui a répondu de passer à autre chose, qu’il lui fallait juste un projet, un bon projet, que son passé changerait de couleur quand il aurait trouvé le bon projet.  

Publicité

Alors il a essayé, essayé d’y croire, et de devenir ce roi, le roi d’un royaume sans mémoire, sans histoire. Il a changé de projet, fait preuve de volonté, acheté les baskets de running les plus chères du marché. Plus il voulait être léger, moderne, les cheveux dans le vent et les yeux vers l’avant, plus son corps était lourd ; son corps trainait la patte. Plus il voulait, moins il pouvait. 

Et puis un jour, son corps a fait barrage. Lui ne pouvait plus rien dire, plus se mentir à lui-même, plus s’auto-persuader, son corps s’était mis à parler. Son corps allongé, sur le divan. Son corps savait tout ce que lui ne voulait plus savoir. Son corps portait en lui le passé de ses parents, et de ses grands-parents, son corps conservait les traces de leurs douleurs, il disait leurs silences, leurs non-dits. Lui ne parle pas beaucoup, sur le divan. Il est trop occupé à essayer d’entendre ce que son corps veut dire, à cesser de lutter contre ce qui hante son sang. 

Il se souvient soudain d’une chanson de Biolay, "il va falloir faire avec, ou plutôt sans"

Ou quelque chose comme ça. Voila. C’est un homme moderne qui ne peut plus être moderne. Il est l’enfant de, mais de quoi, au juste ? 

C’est avec cette question, peut-être, peu à peu, qu’il va reprendre pied. Avec cette enquête, peut-être, peu à peu, qu’il va retrouver son chemin, et avec son passé, peut-être, se donner un avenir. 

Pour en parler ce matin, j’ai la joie de recevoir l’écrivain Camille de Toledo, auteur notamment du magnifique Thésée, sa vie nouvelle, qui nous a rejoint Sous le soleil de Platon pour nous accompagner sur les bords de cette difficile question : 

L'écrivain Camille de Toledo et Charles Pépin
L'écrivain Camille de Toledo et Charles Pépin
© Radio France - Estelle Gapp - Aurore Juvenelle

"Que faire du passé quand il hante le présent ? "

Références

L'équipe

Charles Pépin
Production
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Collaboration
Valentine Chédebois
Programmation musicale
Thierry Dupin
Programmation musicale
Romain Couturier
Programmation musicale
François Audoin
Réalisation
Alicia Vullo
Réalisation
Aurore Juvenelle
Collaboration