Shoji Morimoto dans les rues de Tokyo
Shoji Morimoto dans les rues de Tokyo - twitter
Shoji Morimoto dans les rues de Tokyo - twitter
Shoji Morimoto dans les rues de Tokyo - twitter
Publicité

Depuis quatre ans, Shoji Morimoto loue ses services pour être simplement une présence qui ne fait rien. Lors de ses missions, l'homme âgé de 38 ans libère ses clients de toutes attentes sociales.

Ça pourrait s'appeler "Payé à ne rien faire". Et ce métier existe. C'est un habitant de Tokyo de 38 ans qui en a eu l'idée il y a quatre ans. Il s'appelle Shoji Morimoto : il loue sa présence à des particuliers… pour ne rien faire de particulier. Il n’offre aucun service précis. Il peut boire, manger, écouter et discuter, rien de plus. Résultat il croule sous les demandes de Japonais qui veulent juste partager un moment avec une autre personne, pour tromper leur… solitude.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce jour-là, par exemple, quand le Washington Post l'a suivi pour faire un reportage, Shoji Morimoto accompagnait une jeune étudiante à manger des nouilles dans un centre commercial. Pas un mot. Pas même un regard. Shoji mange ses nouilles avec une inconnue qui va lui payer son plat et son déplacement et lui donner un généreux pourboire de 75 euros. La semaine dernière, il a été invité dans un hôtel cinq étoiles par un homme qui s’offre un séjour dans un hôtel cinq étoiles une fois par mois, comme un hobby. Shoji l’a donc simplement écouté en parler pendant trois heures.

Publicité

Il est aujourd'hui une petite célébrité au Japon. 270 000 abonnés sur Twitter, on l’invite à la télévision pour raconter son histoire, et il a même inspiré une série diffusée depuis le mois d’avril, dans laquelle il raconte que c'est en lisant Nietzsche qu'il a eu l'inspiration. Un philosophe des temps modernes.

Et aussi :

- le poumon vert d'Abidjan menacé par l'urbanisation

- Un JT pour les enfants au Danemark