La jeune Ralyn Satidtanasarn, surnommée Lilly, participe le 25 août 2019 à un ramassage de déchêts plastiques à Bangkok, Thaïlande. ©AFP - Mladen ANTONOV
La jeune Ralyn Satidtanasarn, surnommée Lilly, participe le 25 août 2019 à un ramassage de déchêts plastiques à Bangkok, Thaïlande. ©AFP - Mladen ANTONOV
La jeune Ralyn Satidtanasarn, surnommée Lilly, participe le 25 août 2019 à un ramassage de déchêts plastiques à Bangkok, Thaïlande. ©AFP - Mladen ANTONOV
Publicité
Résumé

Elle s'appelle Lilly et se bat contre les plastiques, un fléau dans le royaume.

En savoir plus

La jeune fille de 12 ans préfère sécher les cours pour ramasser des déchets dans un canal de Bangkok, la capitale thaïlandaise. Elle avoue s'inspirer de Greta Thunberg, la militante écologiste suédoise, désormais symbole mondial de la lutte contre la pollution.

La Thaïlande est le sixième plus gros contributeur à la pollution des océans. Les habitants en utilisent beaucoup, notamment pour emporter leurs repas, acheter dans des cantines de rue, une habitude nationale. Chacun en consomme en moyenne 3 000 par an, et beaucoup se retrouvent dans les rivières puis les océans.

Publicité

LIRE AUSSI | Lilly en Thaïlande, Leah en Ouganda, Luisa en Allemagne : qui sont les “autres” Greta Thunberg ?

Sous les Radars également :
Le créateur de Vêtements, Demna Gvasalia, quitte sa marque. C’était une vision sociologique et philosophique de la mode, d’un enfant réfugié d’Abkhazie.   Et une salle de concert à Turin interdit les téléphones portables, une première en Italie. Des artistes internationaux commencent à imposer la même chose lors de leurs tournées.

Références

L'équipe

Amélie Perrier
Production
Amélie Perrier
Chronique