Et si le jazz était né de la Révolution française ? ©Getty - FarukUlay
Et si le jazz était né de la Révolution française ? ©Getty - FarukUlay
Et si le jazz était né de la Révolution française ? ©Getty - FarukUlay
Publicité
Résumé

Les racines du jazz remontent jusqu'en 1789. Héritier du Quadrille des Tuileries, du Cake walk puis du Ragtime !

En savoir plus

Il est admis aujourd'hui qu'un mouvement révolutionnaire fonctionne s'il est porté par un champ. La Révolution française a abouti grâce à la Marseillaise, la révolution russe grâce à l'Internationale, Mai 68 n'avait pas de champ. Aussi le mouvement a échoué. Mais parfois de manière indirecte, un genre musical jaillit d'une péripétie révolutionnaire.

Le 28 juillet 1794, place de la Révolution, qui deviendra la place de la Concorde, on exécute Maximilien Robespierre. Dès le lendemain, la foule soulagée se répand dans les rues de la capitale. Les commerçants remettent des marchandises à leurs étals. L'exécution de Robespierre marque la fin de la Terreur. Les Parisiens étaient confinés chez eux, cloîtrés depuis des semaines. La Jeunesse libérée investit le jardin des Tuileries et va inventer une danse de joie, une danse de catharsis pour évacuer toutes les horreurs vues sur la place voisine.

Publicité

Les garçons s'habillent en tenue de condamnés comme eux, ils remontent leurs cheveux en chignon afin que la lame de la guillotine n'accroche pas. Les filles resserrent leurs colliers autour de leur cou pour symboliser la décapitation et s'habillent en chemise des condamnés transparents.

On invente sur une musique de quadrille, une danse inspirée des parades nuptiales animales. La figure du paon, celle du cheval, du lion, du renard. Tous les animaux y passent. Les filles, d'un garçon à l'autre à leur guise. Les beaux couples bien assortis sentent que l'assemblée frissonne de plaisir en les regardant. Cela les conforte et leur donne des ailes. On a besoin de l'approbation des autres quand on choisit une cavalière.

Au début, les bourgeois sont choqués, puis ils finissent par laisser entrer cette danse dans leur salon. Et dès lors qu'une jeune fille sera en âge de se marier, un quadrille sera organisé pour la présenter à la société. Elle voit alors tous les beaux partis de la ville défiler en plastronnant et peut elle aussi faire son show.

Cette danse a tellement de succès qu'on l'importe dans toutes nos colonies, dont la Louisiane à l'époque française. Et voilà nos planteurs français qui dansent le quadrille des Tuileries devant leurs esclaves africains qui, eux, dans un premier temps, sont consternés. Ils n'ont jamais vu une danse aussi ridicule. La danse, ils connaissent un peu. Dans un deuxième temps, ils sont morts de rire et les voilà qui se moquent ouvertement de leur maître en les imitant. Les maîtres, quand ils voient ça, eh bien ça les fait rire à leur tour. Et ils disent "Tiens, une fois par an, pour nos esclaves, on va organiser une fête". Et alors, le couple le plus drôle, on va lui offrir un cake. On ne va pas leur offrir la liberté non plus, il ne faut pas déconner, mais un cake confectionné par la patronne. Du coup le quadrille des Tuileries devient le cake walk (la marche du cake).

Des années plus tard, le cake walk va revenir en Europe. Debussy a composé "Golliwogg’s Cake Walk", dans "Children's Corner" pour sa fille chouchou qu'il adore, et nous voilà en ce début du XXᵉ siècle dans une maison de joie de La Nouvelle-Orléans. Un certain Scott Joplin joue un cake walk. Il va débaptiser cette danse de l'appeler "Ragtime". Et le ragtime va donner le Jazz. Le quadrille des Tuileries donne le cake walk qui va donner le Ragtime, qui va donner le jazz. Oserait-on dire que le jazz est une invention française provoquée par l'exécution de Robespierre ?

Références

L'équipe

André Manoukian
André Manoukian
André Manoukian
Production
Anne Weinfeld
Réalisation