vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous parle des anti-vaccins, des anti-masques : Bigard, Lalanne...

En savoir plus

Il y a eu un moment dans ma vie où j’ai aimé Jean-Marie Bigard, c’était il y a longtemps, à la télé il y avait 12 sketches en boucle, soit vous aimiez le Scrabble, soit l’addition, soit la chauve-souris enragée, et vous aviez l’impression que c’était hilarant, parce qu’en arrière-plan on voyait Michel Drucker mort de rire, je me souviens, ensuite il se mouchait dans son chien. Et pour moi Michel Drucker a toujours été un modèle, s’il avait détesté les chiens, je pense qu’aujourd’hui j’en mangerais. 

Du coup, les sketchs, à force de les voir jouer, on les connaissait par cœur, aujourd’hui, en comiques, on est 3000, dont 5 qui en vivent, donc une blague, à peine prononcée, est déjà oubliée au profit de la blague d’un autre, c’est affreux, les gens confondent, parfois, à la fin d’un de mes spectacles, des personnes déplient une banderole avec écrit "On t’aime Gérémy, ici à Lille t’es chez toi", je n’ose pas leur dire la vérité et donc je chante. Ce qui m’a été interdit à titre préventif par la Cour Pénale Internationale, « assez de souffrances dans ce monde, comme disait Bob Marley », ils m’ont écrit par mail. J’ai eu beau leur expliquer que cette phrase était de Christophe Maé, un jour où chez Blanc du Nil un autre client lui disputait la dernière chemise en lin à pompons de la boutique, ça revient au même. Oui, j’ai aimé Jean-Marie Bigard, « c’est pour manger ? Bah non c’est pour faire un tennis, connard », ah ah ah ah… 

Publicité

Mais là, en 2019, je dis ça parce qu’en 2020 et 2021 je suis surtout resté enfermé chez moi à manger des Palmitos, donc elles ne comptent pas, en 2019, Bigard, je dis bof. Tous les jours je le vois hurler à la télé, il me fait peur, il est contre le pass sanitaire en disant qu’on l’oblige à se vacciner, alors que c’est faux, un test négatif, votre pass sanitaire, vous l’avez, OK il faut se mettre une tige dans le nez, mais Bigard il est dans le show-biz, on a tous mis à peu près tout dans notre nez, la première fois que j’ai vu Daniel Morin, il sniffait les cheveux de Cynthia, sa stagiaire, la pauvre, il se les étaient enfoncés jusqu’au colon, il a fallu les lui découper pour la dégager. Daniel ensuite est resté deux mois avec des mèches blondes qui lui sortaient du nez, s’il avait croisé Guillaume Canet, l’autre l’avait, son Astérix.

Donc les manifs anti-pass sanitaire, pourquoi pas, on est libres, ce week-end il y en avait une, réunissant 200 personnes, pas énorme non plus, le moindre apéro organisé sur Facebook, il y a 2 fois ça. Et Jean-Marie Bigard en était, il est monté sur l’estrade, a comparé le pass sanitaire à l’étoile jaune que les juifs devaient broder sur leur veste à partir de 42, devant des fans en transe qui traitaient Castex de nazi. Ce qui n’est pas très probant comme comparaison parce que Castex, physiquement, fait plus penser à un comptable qui tente pour la 1ère fois au club Belambra l’activité planche à voile qu’à un officier SS impassible à l’œil cruel. 

Mais passons. Sinon il y a aussi les manifs anti-masques, il y a 10 jours il y en avait une à Lyon, 500 personnes, avec de nouveau Bigard + Francis Lalanne et Pierre-Jean Chalençon, le type qui a trompé Alain Duhamel en le faisant déjeuner dans son palais, ensuite Duhamel avait réalisé que c’était un resto clandestin, et il avait été tellement troublé, avait-il dit, que pour rentrer il avait pris le mauvais taxi, il s’est retrouvé à Stalingrad au milieu des drogués en train de planer, à cause de sa veste jaune, ils l’ont pris pour un pot de moutarde, ils ont tenté de lui plonger dedans des vieux bouts de chichen wings, enfin, il a beaucoup souffert. Il va en tirer un livre. Donc Bigard, Lalanne et Chalençon, moi, d’instinct, je sais que s’ils sont ensemble quelque part, il faut fuir, parce qu’il y a moins de lumières là-dedans que dans une yourte dont le principe est de vivre comme dans les steppes mongoles. Francis Lalanne a chanté, à un moment Frigide Barjot a déboulé, il manquait plus que Laroche Valmont et Tatayet, c’était la tournée Nostalgie s’ils avaient explosé le format. Et ce qui est fou, c’est que ces gens retirent leur masque comme ils le feraient avec une ceinture de chasteté s’ils avaient passé 40 nuits à Ibiza au concours du plus beau pubis sans pouvoir faire exulter leur carcasse usée. Mais c’est juste un masque, on le porte jusqu’à ce que le Covid s’en aille, une fois parti, les seuls à le faire encore, ce seront 4 touristes chinois à Paris parce qu’ils auront vu un pigeon à une seule aile se battre contre un chat pelé et qu’ils se diront « je vais choper la gale, encore une ville gérée par la gauche ». C’est rien un masque.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Production
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau