vidéo
Tanguy Pastureau ©Radio France
Publicité
Résumé

Tanguy Pastureau nous parle ce matin de la réouverture des terrasses...

En savoir plus

Nous sommes le 18 mai 2021 et c’est une journée nulle. Tout est fermé, à 19h on est chez nous, même les exhibitionnistes, la nuit, sont obligés de s’exhiber chez eux, devant leur chat, qui ne réagit pas, car le chat est l’être le moins réactif du monde, il ferait un très mauvais polémiste sur CNews. Un chat, s’il y a Ivan Rioufol qui lui hurle « pour 2022, moi c’est Marine Le Pen », il continue à se lécher l’anus, ce que ne fait pas Pascal Praud, par manque d’ambition esthétique. Bref, on n’en peut plus, le Covid nous a tués, on est là à sourire derrière notre masque, et personne ne le voit, et c’est là que je me dis que si ça se trouve, Michel Sardou depuis le début de sa carrière a un masque en tissu représentant sa bouche fermée, et en fait il rit. C’est ça qui lui aurait permis en 73 d’éviter de choper la gastro de Mike Brant sur le plateau des Carpentier. Ce 18 mai est un jour pourri, il fait moche, on est fatigués, ce matin je me suis essuyé les pieds sur le visage de Daniel Morin pensant que c’était un paillasson, puis je me suis dit « - enfin quel paillasson porterait une doudoune sans manches, le paillasson a sa dignité », donc je me suis excusé. 

En plus, j’ai appris que c’était l’anniversaire de Yannick Noah, je le sais parce qu’on a le même dealer, il a 60 ans, et ça, ça m’a mis un coup, tempus fugit, le temps file, time flies, ohtsinawaa kobo. Carpe diem, ça passe vite, les loulous, un jour vous chantez "Les Yeux Revolver" avec une voix plus genrée que le dos plein de poils de Jean-Paul Castaldi, le lendemain à The Voice, sans vos lunettes de vue vous ne voyez même pas qui s’adresse à vous, vous dites : « ah yes, j’adore », et Nikos répond : « non mais là, c’était moi, je demandais un café au stagiaire ». Avec le Covid, on a tous perdu plus d’un an, ça fait 14 mois que Guillermo Guiz n’a pas eu de relations intimes, quand on va le relâcher dans la nature, ça va faire comme dans les toros piscines au moment où on libère la vachette. 

Publicité

Et ça, c’est demain, heureusement il aura rejoint Bruxelles, oui demain, 19 mai, c’est la libération, on va pouvoir se coller en terrasse. Sous la pluie, à 1 mètre des bagnoles, ça va être le retour des vendeurs de roses pakistanais, ils avaient disparu mais là ils ont vidé Rungis, s’il n'y a plus de roses ils vont vous refourguer une banane ou des merguez, oui, ça va être atroce, les terrasses, c’est bon quand il fait 35, là on va se faire fouetter le visage par la flotte, on va vivre un Vendée Globe assis, face à des amis avec qui on n'a pas discuté depuis un an et on va réaliser qu’en fait ils sont totalement cons, mais ça va faire du bien quand même. Je pense aussi à la communauté des moineaux, qui attend de pouvoir profiter de nos miettes, et à celle des garçons de café, qui à 13h va nous dire « alors, le plat du jour, il y en a plus, ni de dessert, ni de café, ni d’eau, en fait, vous pouvez bouffer la carte », tellement il y a aura de monde. 

Ca va être chaud, le moindre péruvien à poncho qui vient souffler dans sa flûte de pan face à la terrasse va recevoir le même accueil que les Pet Shop Boys à la Gay Pride tellement on est en manque de concerts. Demain, on va revivre, merci M. Macron de nous lâcher la bride, merci papounet, on sera sage, personne n’a envie de revivre les conférences de presse du jeudi de Jean Castex sapé avec la toile cirée de sa mamie. 

Et puis le cinéma, ah le cinéma, toutes ces jeunes actrices désagréables qu’on reçoit ici vont pouvoir se re-remplir l’égo, il y a 400 films en attente, ils seront projetés en accéléré pour pouvoir tous les sortir, un film des frères Dardenne, ça aura la patate du nouveau Fast & Furious. Les théâtres aussi vont rouvrir, ah, le théâtre, ces sièges inconfortables, ce velours rouge désinfecté pour la dernière fois en 92, dessus il y a le Covid, la malaria et des germes de la grippe espagnole de 1918, et la joie simple, quand on est riche, de voir depuis le carré or les pauvres qui ont acheté une place à 3 euros sur BilletReduc réaliser qu’ils sont derrière le poteau. La jauge est de 35% pour les théâtres, ça veut dire que si vous n’avez qu’un spectateur, il faut sortir le coupe-coupe. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Production
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau