vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous raconte l'histoire du dernier juif d’Afghanistan.

En savoir plus

Jeudi matin, juste après ma chronique dans le 7/9 de France Inter, Nicolas Demorand m’a dit « purée, encore un texte qui révolutionne l’humour mondial, t’es le meilleur, gros », puis il m’a dit « rien à voir, mais à l’instant tombe une dépêche AFP intitulée "le dernier juif d’Afghanistan s’apprête à quitter le pays" ». C’est ça qui est bien avec les journalistes, c’est qu’ils sont toujours au courant de tout, la personne qui partage la vie de Leïla par exemple, n’a pas regardé BFM depuis 2019, dès le réveil, elle lui parle de l’alliance entre Renaud Muselier et la République en Marche, ce qui fait qu’il doit être en dépression. 

Là-dessus passe le week-end, j’oublie la dépêche AFP, par manque de temps, vendredi golf, samedi spa, dimanche retour de Genève, ça laisse peu de place pour le reste. Puis hier soir, comme tous les dimanches, je me dis « dame boudiou, par la moustache de Roland Magdane, demain il faut encore faire rire la France. Je sais que les gens pour ça comptent sur Marlène Schiappa, mais elle fait ça en bénévole, mon Tanguy, dans cette histoire tu représentes les pros ». Et c’est là que j’ai repensé au dernier juif d’Afghanistan. Alors je sais, chers collègues, que vous vous dites « ah bon, une chronique sur les juifs, pourtant on les aime pas trop », et je suis d’accord, ça fait un mois que je vois des juifs en Israël faire des soirées mousse avec juste un masque FFP2 au niveau du kiki, ils s’éclatent, nous il fallait réserver il y a 3 semaines une pauvre terrasse pour le 19 mai où on boira une bière à 50 cms des bagnoles, les juifs commencent à nous gonfler. Je propose d’ailleurs qu’on le dise tous ensemble à 3 : 1, 2, 3. Non ? Et bah vous avez bien fait, c’était un piège, la Licra me file 20 euros par antisémite que je trouve, je fais ça plutôt que la chasse aux Pokemon, parce qu’il y en a plus. 

Publicité

Alors, l’histoire du dernier juif d’Afghanistan, la voici, il a 60 ans, s’appelle Zablon Simentov, comme nom, ça ressemble un peu à Gwendal Le Floch mais en moins celte, et il vit à Kaboul. Kaboul, ville très sympa pour qui ne tient pas trop à la vie, samedi par exemple, 12 camions-citernes ont explosé, il y a eu 7 morts, on en a à peine parlé, le chef de la police a dû dire à ses équipes « les gars, encore une journée morne, moi j’ai pas signé pour ça, je me casse à Bagdad ». Zablon, le dernier juif de Kaboul, a tout connu, l’invasion soviétique, la guerre civile, l’arrivée des talibans, puis des forces de l’OTAN, il a eu une vie de violence, en comparaison, sur le même laps de temps, Philippe Delerm s’est disputé une fois avec sa femme. Une histoire à la con, elle a ouvert une bière et a bu la première gorgée, lui a pété les plombs, c’est-à-dire qu’il a dit flûte, bon. En 1990 en Afghanistan, il y avait encore plusieurs centaines de juifs, qui ont fini par se décourager, il faut les comprendre, votre maison est rasée une fois, vous la reconstruisez, la 2ème aussi, mais la 3ème vous dites « j’ai pas envie de vivre comme les 3 petits cochons », surtout si vous êtes juif. Donc tous ces gens sont partis vivre en Israël, en 2000 à Kaboul, ils n’étaient plus que deux, Zablon Simentov et un rabbin de 80 ans, Ishaq Levin, qui a fini par mourir, comme tous les vieux sauf Michel Drucker. 

Mais le pire, j’ai lu ça sur le site de France Info, c’est qu’avant qu’Ishaq Levin décède, les deux étaient en conflit, ils sont deux mais il faut qu’ils s’embrouillent, comme la gauche française. Résultat, ils se sont dénoncés mutuellement aux talibans, or, OK le taliban a un physique rassurant, il caresse sa longue barbe avec le canon de sa kalachnikov en jetant des vêtements à sa femme, et en lui disant « tiens, mets ça ! Et ça aussi ! Et ça, et ça, et ça », la dame se retrouve avec tout son dressing sur elle, et là-bas il fait 38, mais ce qu’on sait à propos du taliban, c’est que ce n’est pas un homme de dialogue. Moi si chaque début de saison, quand je négocie mon salaire à Inter, ils me foutaient face à un taliban, je dirais « c’est peu, mais ça me convient très bien, l’argent, pfff, c’est surfait ». Et donc les talibans ont mis les deux derniers juifs de Kaboul en prison, le plus âgé est mort, reste Simentov, qui depuis 2005 est le dernier juif d’Afghanistan. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Production
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau