France Inter
France Inter
vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

En quête de féminité, Tanguy Pastureau est allé sur le site de "Grazia"...

En savoir plus

Il faut déconstruire le principe de genre, par exemple je suis d’accord pour que ce soit Morgane Cadignan qui répare ma bagnole, du moment qu’elle le fait bien, et gratuitement. Et au contraire, le fait que Daniel Morin explore sa sensibilité me réjouit, parce que sous cette allure d’arbuste taillé par un jardinier trop pressé se cache un chti cœur de princesse. Il fait le dur comme ça parce qu’il est à l’ancienne, c’est un mâle blanc d’un âge certain, il ressemble plus à Gandalf qu’à Gabriel Attal, mais s’il avait 30 ans de moins, il se serait fait tatouer une licorne sur le cul et il oserait éclater en sanglots à chaque victoire de la droite, comme tous ceux de sa race. 

Et moi aussi, je me retrouve de moins en moins dans les clichés masculins, je n’aime pas la bière, pas le foot, jouer à chat-bite, je ne vois pas l’intérêt, surtout que ceux qui sont circoncis sont avantagés parce qu’on a plus de mal à les attraper. Jamais je n’ai eu de bande d’amis mecs, le film "Le cœur des hommes", c’est de la SF pour moi, se retrouver au bord d’une piscine entre Marc Lavoine et Campan en short en train de discuter ride du lion et MST, je trouve l’image atroce. J’ai toujours préféré les hommes fragiles, Kurt Cobain, Verlaine, Gérard Larcher, plutôt que ce couillon de Vin Diesel dans sa voiture de gros beauf à petit zgègue. Je suis donc parti en quête de féminité, et hier je suis allé sur le site de Grazia, journal qui a disparu des kiosques mais qui existe sur le net, comme tout ce qu’on vend en kiosque à part les Tic Tac, je suis allé sur TicTac.com, mais après avoir léché mon écran d’ordi, bah j’ai pas retrouvé le goût de cerise. Dans la bouche j’avais de la poussière et des poils de mon chat, j’avais l’impression de m’être pacsé avec Bardot. 

Publicité

Donc sur Grazia.fr, j’ai tout lu, c’est passionnant. D’abord j’ai découvert comment redonner de l’éclat à un T-shirt blanc, en fait il suffit de le laver. J’y avais pas pensé, moi je le mettais sur un cintre et je faisais des incantations en dansant devant, nu, bon ça m’a occupé 2-3 soirées, mais le T-shirt n’avait pas blanchi. Donc Grazia conseille de tremper le T-shirt dans l’eau tiède avec du percarbonate de sodium ou du bicarbonate de soude, attention, le PH n’est pas le même, OK, sinon plus simple, vous foutez votre T-shirt dégueu à la poubelle, chez H&M les T-shirts neufs sont à 0 euro 99, parce que s’il faut se taper un chimiste pour laver un T-shirt, ça va. En plus les chimistes sont repoussants, d’ailleurs dans "les Marseillais à Dubaï", il n’y a pas de chimiste, ils sont tous soit barman soit maître-chien. S’ils faisaient rentrer un chimiste, il essaierait de dissoudre les autres en criant « pardon mais ils sont trop cons ». 

Sinon, toujours sur Grazia, j’ai vu un article intitulé « comment lâcher prise au lit pour une nuit de folie ? », alors déjà "nuit de folie", direct on pense à Sacha et William de Début de Soirée en costume jaune cravate à rayures, donc niveau excitation, ça équivaut à une séance d’onanisme devant une photo de Lagaf en compagnie de Bill l’extraterrestre. Mais je suis allé au-delà de mon dégoût et j’ai lu l’article, alors règle n°1 pour lâcher prise au lit, s’aimer soi-même, c’est vous dire si Emmanuel Macron doit être un bon coup. Brigitte parfois le samedi soir envoie des SMS au Raid en leur disant « intervenez, j’en peux plus, ça fait 3h qu’il s’aime donc qu’il m’aime, or il y a "Capitaine Marleau" sur la 2, et j’adore voir des gens du peuple un peu sales ». 

Règle 2 : Prendre son temps, Grazia écrit « ce n’est pas la destination qui compte, c’est le voyage », ça se voit qu’ils n’ont jamais pris Easy Jet, 4h de vol serrés entre prolos et le paquet de cacahouètes en supplément, merci. Non, le voyage ne compte pas. 

Enfin, autre règle pour lâcher prise au lit, il faut communiquer, discuter pendant l’acte, attention, de trucs excitants, si vous dites à l’autre « oui, je pense que Jean Castex à terme va payer sa gestion de la crise sanitaire », la personne s’en va. A jamais. Après vous avoir découpé en morceaux pour être sûre qu’aucun autre individu ne retombera sur vous.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Production
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau