vidéo
France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous parle du futur duel du second tour des présidentielles de 2022 : Macron-Le Pen.

En savoir plus

Je ne sais pas si vous avez lu l’enquête Ifop-Fiducial réalisée pour Le Figaro et LCI, si ce n’est pas le cas, ne le faites pas, c’est nul. En gros, ça explique que dans 11 mois, au 2nd tour, ce sera Le Pen contre Macron, comme en 2017, c’est ennuyeux, OK, mais pensez aux biélorusses, ils ont le même président, Alexandre Loukachenko, depuis 94, c’est-à-dire que quand il a déboulé aux manettes, notre chef d’Etat à nous avait 17 ans, il jouait au Monopoly avec sa cousine en criant : « un jour, tout Paris sera à moi, sauf Stalingrad, j’en veux pas ». 

Le scrutin en Biélorussie, c’est simple, on a le choix entre Loukachenko et Loukachenko, sur une des deux photos le gonze enfile une perruque à paillettes pour donner l’impression qu’il y a une différence, le soir du vote il y a dépouillement, de 20h à… 20h, puis Loukachenko est élu et il va se coucher, en disant à sa femme « chérie, j’en peux plus de cette routine, allez, on fait les foufous, ce week-end, c’est Center Parcs, on va noyer des journalistes dans la piscine à bulles ».

Publicité

L’Ifop a donc testé plein de gens, pour voir si le peuple les kiffe, Macron est à 27-28, Le Pen 29-30%, la droite est larguée, si c’est Xavier Bertrand ils font 15, si c’est Michel Barnier 8, ce qui est déjà exceptionnel, parce qu’il suscite moins l’enthousiasme que la perspective d’une panne d’ascenseur quand l’autre personne dans l’ascenseur est antisémite et qu’il a repéré que votre mère vous a appelé sept fois en une heure. 

Sinon, Jean-Christophe Lagarde, de l’UDI, est entre 0 et 0,5, en fait il n’existe plus, je pense que la nuit il erre sur la lande, parfois vous sentez une présence dans la salle d’eau, vous dites « ça doit être Jean-Cri qui me mate les seins ». 

Yannick Jadot, le grand vert, est à 6%, il est en train de se biodégrader en direct, il va finir en copeaux et on va le répartir à l’hiver au pied des hortensias pour pas qu’ils gèlent. Enfin, 1,5% de malades pensent voter pour Jean Lassalle, le berger torché, et 0,5 pour Jean-Frédéric Poisson, leader de l’ancien parti de Christine Boutin, à l’époque Boutin avait pris Poisson juste le vendredi, puis un jour la vierge lui est apparu et lui a dit « Christine, salut, c’est Marie, ça va ? Oui, je sais pas si tu m’entends, je t’appelle du ciel, il y a Loukachenko qui détourne la moitié des avions, il est lourd, non, je t’appelle pour te dire de prendre Poisson, c’est le seul adhérent de ton parti, ça vaut bien une récompense ». 

Bref, le duel 2022 est déjà sur les rails, ça sera Macron-Le Pen, quel ennui, si cette présidentielle était une série, ce serait Rex le chien allemand si tous les bandits étaient en taule et qu’il pouvait relâcher la pression en pionçant dans sa niche. En fait, il n’y a que les deux concernés qui sont enthousiastes, Macron lui est à fond, comme toujours, la gagne, la gagne, la gagne, je pense que le jour où il perd au tennis en intérieur, il fait brûler le gymnase pour effacer toute trace d’échec. 

Là il vise les jeunes, il est parti d’un postulat simple, qui est que les jeunes ne votent pas, parce qu’ils sont occupés à faire l’amour et à inhaler des siphons à chantilly. Donc il tente de les détourner, il a ouvert un compte TikTok, a lancé le pass culture, 300 euros à dépenser, officiellement dans les œuvres complètes de Maupassant, en fait ils vont tous prendre des places pour le Zénith de Dadju. Macron a aussi fait une vidéo avec Carlito et McFly, des vieux déguisés en jeunes, un bonnet, un sweat-shirt, ensuite tu dis des trucs comme « mais de ouf », et hop, ils ont l’âge de ton daron mais on les prend pour des kids, ça revient à se coller des écailles quand on veut approcher un pangolin. Et ça marche, les jeunes les adorent, alors que moi qui suis sapé comme Balladur, je n’attire que des seniors, récemment je suis passé devant la boutique Damart, ça a été l’émeute, des vieilles dames me criaient « vas-y boloss fais péter le thermolactyl », elles m’ont plaqué contre la vitrine de France Loisirs. Et Macron, pour rester à l’Elysée, est prêt à tout, c’est ça qui est glaçant chez ce genre de personnage, lui qui d’habitude s’exprime comme René Coty, il a quand même dit un jour « c’est de la poudre de perlinpinpin », là face à McFly et Carlito, il a déclaré « c’est la remontada, on lâche rien », parce qu’ils faisaient un concours d’anecdotes. Je pense qu’il avait une oreillette et qu’en régie, les délégués d’une classe de 6ème lui soufflaient les réponses, « monsieur le président, dites-leur j’ai eu de la moulaga, mais je m’en balec les gadjos, jpp de votre game, c’est la hess, je suis blazé », et là Macron s’est mis à convulser, lui la dernière expression branchée qu’il a employée, c’était en 2002, il avait dit à un ami banquier « hé, Jean-René, ça boume ? », sa petite tournée dans le monde des jeunes, ça va l’achever, dans deux mois on va le retrouver roulé en boule dans le ClubHouse du Golf du Touquet entouré de vieux beaux qui lui caressent les cheveux en lui faisant écouter Michel Jonasz, et là il sera à nouveau lui-même. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Références

L'équipe

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Production
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau