France Inter
France Inter
vidéo
France Inter
France Inter
Publicité

Tanguy nous parle aujourd'hui du pull à col roulé. C'est moche mais ça tient bien chaud et c'est très à la mode !

Hier, j'étais en train de pleurer, parce que le dimanche, c'est déprimant. Donc j'ai décidé de regarder les infos, pas celles de Leïla Kaddour, elle je la regarde le samedi, pour la rubrique culinaire "Les petits plats dans l'écran", le titre de rubrique qui donne envie de se trucider en se tranchant les veines avec un almanach des Grosses Têtes.

Cette semaine, le thème c'était la patate douce, ils avaient mis un bandeau avec écrit "Patate : pourvu qu'elles soient douces", je ne vous cache pas que j'ai été saisi d'une grande fatigue, d'autant que Pourvu qu'elles soient douces, dans mon souvenir, c'était ce clip de Mylène Farmer dans lequel les gens se cravachaient les fesses, vous voyez le prix de l'Arc de Triomphe ? Bon c'était un peu ça, mais avec des personnes. Et maintenant, dans la tête, à la place de Mylène Farmer à poil, j'ai des patates, j'ai la vie d'un hétéro du Pas-de-Calais, super.

Publicité

Non, j'ai mis BFM-TV, et je suis tombé sur Xavier Bertrand, vous vous souvenez ? Il a perdu dès la primaire à droite, est reparti chez lui se requinquer, ça fait 5 mois qu'il tourne en rond, sa femme lui a monté une roue à hamster, il bouffe de la paille, une fois par jour il pousse des petits cris pour avoir ses granulés. Donc là il revient, gonflé à bloc, samedi il a lancé son mouvement politique, "Nous France", je sais il manque des mots, ça rappelle Wejdene quand elle avait chanté "tu hors de ma vue". Il y en a plus un qui parle français dans ce pays à la dérive, par classe de CP il y a 20 gosses diagnostiqués HPI, mais ça se retrouve pas plus tard dans le niveau global. Face à Xavier Bertrand, il y a Duhamel, pas Alain, Benjamin, il y a un vivier à BFM, ils ont tous les Duhamel, c'est l'arrière-grand-mère qui a dû les déstocker, il y a aussi Enzo Duhamel qui bosse à la compta, qui vient au travail avec Fifou Duhamel, son chien.

Et là, Benjamin Duhamel, qui s'est endormi parce qu'il est face à Xavier Bertrand, l'homme le moins fun du monde, il a le même effet sur les gens que 17 000 comprimés de Novanuit, se réveille, il se dit "il faut, même si c'est Xavier Bertrand, que quelqu'un pose une question sinon le CSA va nous couper le signal". Et il demande à Bertrand "que pensez-vous des ministres qui mettent moins de chauffage, Bruno Le Maire en pull à col roulé, tout ça", l'autre répond "c'est de la com à 2 balles", et là je me dis "wow, c'est Xavier Bertrand, le chti marchand de sable, qui parle comme ça, mais il s'est pris pour Eminem", je suis déstabilisé.

Oui, parce que, il y a une crise énergétique, je ne sais pas si vous êtes au courant, ah ah ah, j'essaie tellement d'entrer à France 2. Poutine nous a coupé le gaz, en plus son tuyau est percé donc le gaz, il sort en mer Baltique, pour faire chauffer ses nuggets de poulet, il faut une barque. Et comme une bonne partie de l'électricité est produite par les centrales à gaz, comme on dit dans le jargon géopolitique, on l'a dans le cul. Voilà, pardon si je suis un peu technique.

Mais ce qu'il faut retenir, c'est que cet hiver, il risque d'y avoir des coupures d'électricité, et ça, pour Mme Foresti comme pour moi, c'est affreux, parce qu'on est sur scène, d'accord, pas dans des salles de même taille, parce que je refuse les Zénith, par pudeur. Il y a trop de monde, or moi je suis sur l'humain, j'ai besoin d'un écrin qui me permette d'instaurer une intimité avec le public, comme disent, bah euh, tous les gens qui ne remplissent pas des Zénith.

Tout ça pour vous dire qu'en plein spectacle, cet hiver, il peut y avoir coupure de jus, tout le monde va se retrouver dans le noir, les spectateurs, au bout de 20 minutes dans le noir, vont commencer à se tripoter, par ennui, c'est pour ça qu'il faut se méfier des aveugles, "oh pardon, je pensais qu'il s'agissait de ma canne", et après c'est dur de revenir dans le spectacle.

Donc on va manquer d'électricité, de gaz, mais le gouvernement a un plan. Un plan pas cher, déjà développé dans l'Albanie soviétique des années 70 en cas de frimat : le plan pull. Bruno Le Maire, ministre des finances, a développé la stratégie de l'exécutif sur France Inter la semaine dernière, finie la cravate, a-t-il dit, désormais, je porterai des pulls à col roulés, ce sont ces pulls affreux qui vous remonter les plis du cou sous les yeux, vous faites ça avec un goitre, vous mourrez étouffé. Donc là on se disait "oui, c'est encore du blabla, tu parles, on risque autant de le voir en pull que de voir Zaz en Chanel ou de voir Faudel, euh, tout court". Et bah on l'a dans l'os, parce que sur l'Instagram de Le Maire, c'est la fête du pull à col roulé, en post, il est en pull à col roulé, en story, en pull à col roulé, il a juste la tête qui dépasse, on a l'impression qu'il est en train de se faire bouffer par une énorme pelote Phildar. Visuellement, on n'a rien vu de plus atroce depuis l'invention de la photo en 1839.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Production