Gros come-back du sexisme

Tanguy ne peut que le constater, c'est le come-back du sexisme
vidéo
Tanguy ne peut que le constater, c'est le come-back du sexisme ©Radio France - capture écran
Tanguy ne peut que le constater, c'est le come-back du sexisme ©Radio France - capture écran
Tanguy ne peut que le constater, c'est le come-back du sexisme ©Radio France - capture écran
Publicité

On pensait tous que ça baissait, et non… le sexisme, ça repart ! Et le problème c'est surtout les jeunes… Tanguy vous explique.

Nagui, hier, je me suis posé, j'ai réfléchi, une vingtaine d'heures, et j'ai fini par trouver un truc qu'il y a de mignon chez vous. Ça s'est produit hier, on recevait Bérengère Krief, une dame que j'aime d'autant plus qu'elle a pas mal ri à ma chronique, avant je pouvais pas la saquer. Elle nous expliquait qu'avaient été tirés des timbres à son effigie et là Nagui, vous avez plus ou moins dit "c'est une bonne manière de se faire tamponner". Leïla Kaddour a levé les yeux au ciel, comme David Pujadas s'il regardait Teddy Riner, Bérengère Krief a fait mine de ne pas entendre, mais dans ses yeux brillait toute la rage du raciste dont l'épouse l'a quitté pour un Togolais, et là vous m'avez regardé en disant avec les lèvres "c'est possible ou pas de dire ça ?". C'est-à-dire que comme référant en wokisme, vous avez pris le type qui dans l'équipe est le plus proche de votre âge, puisque Daniel Morin n'est pas là, il est en pleine greffe de cheveux à Istanbul. Il n'en pas assez sur la tête donc ils lui ont prélevé des poils du torse, quand il va revenir, il va ressembler à Michael Jackson s'il avait sa coupe afro et qu'il avait vécu jusqu'à 74 ans.

Mais enfin, il faut demander à un jeune, moi je ne sais plus ce qu'on peut dire, pas dire, si une blague ou non est sexiste, déjà moi je ne suis pas sexiste, parce qu'on sait jamais ce que les gonzesses vont capter ou pas, donc je n'en fais pas, de blagues sexistes. Non, moi je suis féministe, dans le sens où je serais ok pour rester à la maison pendant la conjointe travaille, pas pour élever des gosses, pour m'élever moi, un homme c'est un grand enfant. Cette manière quand l'homme fait une tâche ménagère de hurler ce qu'il est en train de faire, "ah, je mets la table… et je sais même où sont rangés les verres… Ah bah non, c'est pas là, bon".

Publicité

Moi-même je suis un enfant, j'ai d'ailleurs une activité d'enfant, quand je monte sur scène, je dis que je joue. Avant d'y aller, mes proches me disent "amuse-toi", est-ce qu'on dit "amuse-toi" aux gens qui ont d'autres métiers ? Non, tant mieux, parce que dire "amuse-toi" à des employés de pompes funèbres pourrait les pousser, lors des funérailles de tata Gisèle, à entrer dans l'église en chantant "Ritmo, ritmo de la noche". On gagne en groove ce qu'on perd en solennité. Le 1er à être dans l'ambiance qui crierait "je veux toutes les mains en l'air", les types lâcheraient le cercueil, ensuite on le rouvrirait, avec le choc, les fleurs se seraient mises dans le nez de tata Gisèle, qui ressemblerait à la tête de veau du buffet à qui on a foutu du persil.

Et hier le Haut conseil à l'égalité a remis un rapport concernant le sexisme en France, alors, ça fait comme dans le foot, gros échec collectif malgré des individualités qui sur le papier étaient prometteuses. Ah bah oui, c'est une horreur, les chiffres : 37% des Françaises ont déjà subi une situation de non-consentement, le consentement étant cet acte simple consistant à échanger, à prendre le pouls de la situation, oui, non, la dame n'étant pas un bout de viande, si vous pensez le contraire, allez chez Hippopotamus faire l'amour à une entrecôte. Je suis pas certain que le type qui cuit la viande sera d'accord, or dans les mains il a des grosses piques à steak.

Affligeant, 9 femmes sur 10 adoptent des conduites d'évitement pour éviter des actes sexistes, 52% ne s'habillent pas comme elles le souhaitent, parce que chaque cm2 de peau dévoilée ramène 20 chaudards, dans la rue une femme qui se balade en crop top, à la fin derrière elle il y a plus de mecs que Rocky dans les films quand il fait son jogging. 40% des femmes veillent à ne pas parler trop fort par crainte de la réaction d'un homme, alors d'un homme jeune, parce que si vous êtes face à Biden, moins de 200 décibels, vous êtes en train de hurler, il dit "tiens, r'voilà déjà les moustiques". Pour lui Céline Dion c'est une petite chanteuse de folk plaintif.

Et là vous vous dites "oui, c'est encore à cause des boomers, ces salauds de soixante-huitards sur le retour ont plombé la planète en allant chaque année en avion à Goa gober de l'acide, c'est à eux qu'on doit la création du Parti Socialiste et en plus ils ont une vision de la femme rétrograde".

Et bien détrompez-vous, le problème c'est surtout les jeunes, quand j'ai vu le nombre de streams qu'ils mettaient à Aya Nakamura je pouvais déjà pas les blairer mais là c'est pire. 23% des 25-34 ans considèrent qu'il faut être parfois violent pour se faire respecter, et pas dans le cadre de la finale de MMA, ou d'un affrontement entre fans de Philippe Poutou et supporters du port de la chemise, non, dans les relations intimes. 22% des jeunes ne voient pas de souci au fait qu'un homme gifle sa conjointe, et les 2/3 trouvent normal que la femme cuisine tous les jours pour toute la famille, donc on a engendré une génération de Néandertaliens.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe