Björk pour la sortie de son nouvel album "Fossora"

Björk en 2022
Björk en 2022 - Vidar Logi
Björk en 2022 - Vidar Logi
Björk en 2022 - Vidar Logi
Publicité

Ça fait 30 ans cette année que Björk a publié son premier album. 30 ans qu’on a découvert sa voix, ses sons qui mélangent la culture populaire et l’avant-garde, son univers visuel aussi, qui a inventé une façon inédite d’être une femme artiste. Son dernier album "Fossora" vient de paraître.

Avec
  • Björk Musicienne, chanteuse, auteure-compositrice-interprète et actrice islandaise

Depuis 30 ans, elle ne cesse de muter, de continuer de chercher, d’explorer en se foutant totalement de la logique industrielle de la pop.

Quand Björk a publié son premier album solo il y a 30 ans maintenant, on la présentait comme un elfe, ou un ovni. Comme si elle était irréelle.

Publicité

Pourtant sa voix n’était pas éthérée. Même que ça ne ressemblait à rien d’autre avec ses cris, ses grognements, ses “r” roulés. Que de la chair. Björk fait exister tout son corps dans sa voix et qui d’autre le fit avant elle ? Janis Joplin, peut-être.

On a qualifié Björk d’ovni aussi, parce qu’elle a fait basculer la musique mondiale dans une autre ère : elle est la première star d’après le long règne du rock’n’roll. La première star femme, d’après le rock.

À ses débuts, elle disait vouloir inventer une musique qui s’inspirerait de l’attitude de Stockhausen et des refrains de Boney M.

Finalement elle est allée beaucoup plus loin pour imposer des sons nouveaux et ouvrir des voix, V.O.I.X autant que V.O.I.E.S. Deux des plus grandes stars mondiales actuelles, à savoir Billie Eilish ou Rosalia doivent beaucoup à Björk je crois.

Son univers visuel s’est imposé en dehors des canons que la musique pop réservait aux femmes. Björk fait exister son sexe, sans répondre à l’injonction d’être sexy. Ça n’est pas une revendication de sa part. C’est une simple évidence.

Nous l’avons retrouvée dans l’un des salons de son hôtel, à Paris. En serrant la main de chacun d’entre nous, elle a fait une petite révérence, perchée sur d’énormes platforms shoes vernies.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le retour à la terre

Alors que son précédent album, Utopia, paru en 2017, peut être défini comme un album « aérien » grâce notamment à l’omniprésence de la flûte, instrument à vent par excellence, et l’utilisation de chœurs comme souffle libérateur, Björk a profité de la période du confinement en Islande pour écrire ce nouvel album. Une sorte de « retour à la terre » comme elle aime le rappeler, son album « champignon qui se nourrit et sort de terre. » Un onzième album dans lequel elle s’enracine, retrouvant les paysages de son enfance, sa géographie et le rapport à la nature. « Pour ce nouvel album, j’ai voulu décrire le fait d’être chez soi et de se terrer avec sa famille dans un petit cocon. »

Fossor est donc un album qui renoue avec son enfance et le rapport quasi-charnel qu’elle entretenait avec celle-ci. Contrairement aux Européens, l’Islande n’a pas connu de révolution industrielle et a gardé un contact quotidien avec la nature. Car Fossor est aussi un album quasi « naturaliste » où l’on entend les bruits des paysages islandais, mais aussi celui des corps comme les sons de bouche. Autant influencé par les chants folkloriques comme le fado et le flamenco, que par les musiques ethniques du Pakistan, Björk puise, comme à son habitude son inspiration aux quatre coins du globe et dans toutes les époques.

Un hommage à sa mère

Pour cet album d’enracinement, de retour à la famille, il était difficile pour Björk de ne pas rendre hommage à sa mère décédée en 2018, à travers plusieurs titres. Elle se remémore sa mère, femme libérée en avance sur son époque : « Je me souviens que moi et mon frère nous avions dû partir nous installer à l'extérieur de Reykjavik, au bord d'une rivière, loin dans la campagne. À l'époque, j’ai détesté cette expérience. Je la comprends mieux aujourd'hui. Ma mère a voulu m'arracher au patriarcat, je crois. Elle était en avance sur le plan philosophique, sur son temps. » Comme autre influence pour cet album, Björk évoque la musique de marche, et le rythme, omniprésent sur cet album : « En Islande, on marche beaucoup, ça fait partie de notre culture. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L’avant Björk – quelques dates-clé

Ce retour aux sources, lui a également permis de faire le point sur sa carrière et ses différentes périodes musicales, car avant d’avoir débuté une carrière solo avec un premier album à l’âge de 27 ans en 1993, Björk a déjà eu avant, plusieurs vies artistiques.

Disque d’or à 12 ans

En 1977, Björk, âgée de 12 ans, sort un premier album entièrement en islandais. Composé de reprises (Beatles, Stevie Wonder…) et de chansons islandaises traditionnelles, ce premier opus devient disque d’or quelques semaines après sa sortie et emporte également la place de numéro un en Islande.

Sa découverte du punk rock

En parallèle à son groupe de jazz, fusion Exodus, Björk forme à l’aube des années 80, le groupe Kukl, littéralement « sorcellerie » en islandais. Suite à une scission du groupe, certains membres partent former Syrkumolamir, une formation d’obédience plus pop, tandis que Björk forme The Sugarcubes qui rencontrera un joli succès grâce à son mélange de punk coloré et de new wave.

Déjà tournée vers l’électronique et les collaborations

En parallèle des Sugarcubes, elle prend dès le début des années 90 le virage de la musique électronique et collabore avec le groupe britannique 808 State le temps de deux titres et trouve le temps d’enregistrer un album de reprises de jazz, quelques mois avant la sortie de son premier album, qui la fera connaître.

Programmation musicale

🎧 BJÖRKHer Mother’s house

Pour en savoir plus, écoutez l'émission...

Very Good Trip
54 min

L'équipe